Le trio expérimental Soixante-dix ouvrira la deuxième édition du Ernest Wiehe Jazz Festival qui se tiendra du 12 au 14 septembre à Maurice. Ils revisiteront les timbres « des plus beaux » ségas des années 70 lors d’une soirée qui se tiendra à l’hôtel Tamarin à 20 h. Cette année, le festival investit trois régions de l’île, à savoir l’ouest, le centre et le nord.
Après le succès remporté par le EWJF en 2012, les organisateurs ont décidé de revenir avec, cette fois-ci, une édition « funky et colorée », fait ressortir le directeur du festival Cyril Michel. Ainsi pour faire résonner la mémoire du « grand musicien Ernest Wiehe, en perpétuant les valeurs d’exigence, de partage et de transmission artistiques qui ont, grâce à lui, permis l’exceptionnel développement de la scène jazz à Maurice », trois jours de concert sont prévus.
En prélude, les amateurs de jazz pourront apprécier le Big Band du Conservatoire François Mitterrand dirigé par le jazzman français François Jeanneau, à l’occasion d’un masterclass, le samedi 7 septembre à 18 h à la Place Tamarin, à Tamarin. « Ils nous convient à la découverte du soundpainting, langage de signes, universel et multidisciplinaire, permettant la composition en temps réel. Cette composition résulte ainsi de l’interaction entre les improvisations des exécutants et celle du soundpainter », fait ressortir le dossier de presse diffusé à cette occasion. Le lendemain, le groupe Mo’zar sera à Grand-Baie La Croisette, à la même heure. Ces deux concerts sont gratuits.
L’ouverture officielle du festival aura lieu le jeudi 12 à l’hôtel Tamarin avec en première partie, à 20 h, le trio mauricien Soixante-dix composé de Maurice Manancourt aux percussions, Hansley Poinen pour la voix et de Wendy Sooklal au clavier. A partir de 21 h, le EWJF MegaTentet fera « s’envoler les compositions des “patrons” du jazz français – François Jeanneau – et du jazz mauricien – Ernest Wiehe ». Cet ensemble réunit les musiciens réunionnais et mauriciens en résidence à Maurice pour le festival sous la direction de François Jeanneau. La chanteuse sud-africaine Melanie Scholtz se joindra à eux en invitée pour la dimension vocale du concert de Tamarin.
Le vendredi 13, toujours à 20 h, Belingo Faro tentera de partager ce qui a forgé son identité d’artiste à Tamarin. Il sera au piano et sera accompagné de Kersley Palmyre à la basse et du percussionniste italien Riccardo Magini. Il précédera Fabrice Legros qui sera sur scène à partir de 21 h. Cet artiste réunionnais sera de nouveau sur scène samedi à la même heure, au Cocoloko à Grand-Baie. « Auteur-compositeur en voyage permanent entre musiques traditionnelles océaniques et jazz mondial, sa voix blues se teinte des accents d’un maloya métis sur des compositions écrites avec le coeur qu’il a gros, grand et sur la main », fait ressortir la brochure du festival.
Pendant ce temps, le vendredi 13, la formation de Marie-Luce Faron proposera un répertoire inédit à l’Institut Français de Maurice (IFM) à Rose-Hill à 20 h. La chanteuse sera accompagnée de Clifford Boncoeur à la guitare et de Christophe Bertin à la batterie. Jean-Marie Marrier, quant à lui, présentera son dernier album Nature Boy au Cocoloko à Grand-Baie. « Une voix reconnaissable entre toutes, où l’intensité et la force du blues se mêlent aux intonations de ses origines africaines ». Selon les organisateurs, « il fait revivre les trésors du répertoire du jazz, en les “cabossant” pour leur rendre leur simplicité originelle ». Jean-Marie Marrier sera à l’hôtel Tamarin, le samedi 14 à 20 h pour la soirée de clôture.
Seront aussi présents au Cocoloko le vendredi 13, The Volunteered Slaves formé lors du festival Mariac en jazzman français et mauriciens. La formation se produira à Tamarin le lendemain, samedi 14, à 20 h.
Clifford Boncoeur, à la guitare, sera sur la scène de Cocoloko le samedi 14 à 20 h. Il sera accompagné de Jonathan Boncoeur, Olivier David au piano et Steven Bernon à la basse.
A l’exception des deux concerts en prélude au festival qui sont gratuits, les billets sont en vente à la porte à Rs 200 pour les moins de 25 ans sur présentation de la carte d’identité et Rs 300, tout public.