De nombreuses bonnes raisons font du Ernest Wiehe Jazz Festival (EWJF) une réussite. Tenu à l’hôtel Tamarin du 10 au 13 septembre, l’événement a attiré une plus grande foule que les éditions précédentes. La programmation de cette année y est pour quelque chose. Décrite comme étant variée (avec des musiciens mauriciens et étrangers) et d’un excellent niveau par les musiciens eux-mêmes et les membres du public, la programmation a été l’un des atouts de ce rendez-vous musical. Cyril Michel, programmateur et initiateur de l’événement, se dit “content et satisfait de ne m’être pas trompé sur les choix”.
Une soirée d’ouverture remplie d’émotion et de moments intenses; des rythmes dynamiques, vendredi soir, avec les quatre musiciens du Sébastien Margéot Project, suivi de Nicolas Folmer, dit Horny Tonky; une ambiance tonique samedi soir avec l’électrique Gina Jean-Charles, accompagnée de ses musiciens, et l’étonnant Blues and Beyond Quartet; un concert de clôture du dimanche soir qui n’a pu avoir lieu, les grosses averses ayant pris tout le monde de court.
Au lendemain de la tenue du EWJF, Cyril Michel ne cachait pas sa satisfaction et sa joie. Il se dit “heureux que le public ait suivi et que le festival ait atteint les 2,000 personnes sur les trois premières soirées”. Il se réjouit du bon déroulement du festival et des rencontres musicales qui ont fusé sur scène. Outre le duo Afrika Mkhize et François Jeanneau de la soirée d’ouverture, Cyril Michel a aussi été marqué par la prestation punchy de Horny Tonky. Il y a eu des moments très rares et d’immense qualité, déclare-t-il. “Tout était super et équilibré, d’une même force et d’une même intensité.”
Cyril Michel a déjà des idées pour la prochaine édition du EWJF. Il confie toutefois qu’il le laissera souffler un peu avant de se remettre au travail dans les mois à venir.