Maurice accueille actuellement les négociations sur l’Economic Partnership Agreement entre l’Eastern and Southern African Group et l’Union européenne. Les travaux qui ont débuté ce matin à l’hôtel La Plantation avec une quarantaine de délégués de la région de l’Afrique orientale et australe, et l’UE prendront fin le mercredi 30 novembre. Il est attendu que cette rencontre comble les lacunes dans l’agriculture, la facilitation du commerce et la politique concurrentielle.
Environ 40 délégués de la région de l’Afrique orientale et australe (ESA) et l’Union européenne (UE) sont présents à l’hôtel La Plantation à Balaclava dans le cadre des négociations portant sur l’Economic Partnership Agreement. Parmi les pays de l’ESA, figurent Maurice, les Comores, l’Éthiopie, Madagascar, le Malawi, les Seychelles, Soudan, la Zambie et le Zimbabwe. La délégation mauricienne est dirigée par S. Boodhoo, directeur adjoint de l’International Trade Division du Ministère des Affaires Étrangères, de l’Intégration Régionale et du Commerce international, tandis que J. Wunenburger, Head of Unit de l’Accord de Partenariat Économique (APE), dirige la délégation de l’UE.
Les principaux acteurs ont poursuivi ce matin avec le round des négociations à l’issue de la réunion technique axée sur les règles d’origine, qui s’est tenue la semaine dernière, et celle du week-end portant sur les « clusters » à savoir : le développement, le commerce des biens, les services, l’agriculture, la prévention des litiges et les questions liées au commerce. Un projet de textes communs de cet accord de Partenariat Économique, contenant des propositions de l’UE et le groupe ESA, constitue la base de ces négociations. Il est prévu que ce round des négociations à Maurice comblera les lacunes se rapportant à de nombreuses questions sur l’agriculture, la facilitation du commerce, la politique concurrentielle, tout en progressant dans d’autres volets, y compris les services et l’investissement.
Les APE sont des accords commerciaux visant à développer le libre échange entre l’UE et les pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). Sous les conventions de Lomé, de 1975 à 2001, des tarifs préférentiels non-réciproques avaient été accordés aux pays ACP pour leurs exportations vers le marché de l’UE. Les APE tentent ainsi de créer des zones de libre échange entre l’UE et les six groupes régionaux des pays ACP.
Il faut souligner qu’un Accord de Partenariat Économique intérimaire a été signé à Maurice en août 2009 couvrant le commerce des marchandises, la Development Corporation et la pêche. Cet APE intérimaire était jugé important en vue de préserver l’accès préférentiel de Maurice sur le marché européen dans les secteurs traditionnels tels que le sucre, le textile et les fish products, et à la lumière de l’expiration de la dérogation de l’Organisation mondiale du commerce pour les dispositions commerciales de Cotonou en décembre 2007.
Les négociations qui sont actuellement menées devront ainsi aboutir à un Accord de Partenariat Économique complet, qui touchera divers secteurs.