En marge de la création d’un musée de l’esclavage à Maurice, le ministère des Arts et de la Culture lance un appel aux collectionneurs privés et au public en général qui détiennent des documents et autres objets relatifs à la période de l’esclavage et qui souhaiteraient les vendre ou les louer, pour qu’ils se fassent connaître au plus tard le 30 octobre.
Artefacts, photographies, documents, livres ou tous autres objets datant de 1 700 et plus, liés à l’histoire de l’esclavage, sont concernés par ce projet. Toute personne intéressée à y apporter sa contribution est cependant appelée à joindre à sa proposition une description de l’objet, sa provenance, un document attestant de son authenticité et le coût estimé en cas de volonté de le vendre au gouvernement pour les besoins du musée, la documentation étant un concept clé de la muséologie. Les intéressés sont priés de soumettre par écrit leur intention de participer à ce projet à l’adresse suivante : The Permanent secretary, Ministry of Arts and Culture (Museum of Slavery Project), 7th floor, R. Seeneevassen Building Cnr Jules Koenig and Maillard Streets, Port-Louis.
La création d’un musée de l’esclavage est une des recommandations de la Commission Justice et Vérité. Le 25 septembre dernier, le conseil des ministres avait pris la décision de reconsidérer quelques recommandations de la Commission. Il avait ainsi enjoint le ministère des Arts et de la Culture à identifier un terrain, à Port-Louis ou au Morne, qui abrite le 2e site mauricien classé patrimoine mondial de l’Unesco, pour la construction d’un musée de l’esclavage. En parallèle, des pièces qui y seront exposées doivent encore être acquises, celles-ci étant considérées comme faisant partie de notre patrimoine commun. Selon le ministère des Arts et de la Culture, le musée contribuera à mettre en évidence la contribution de ceux ayant façonné l’histoire du pays et donnera l’occasion à la génération future d’apprécier leur histoire et de s’inspirer des réalisations des anciens. Il compte ainsi sur la générosité du public pour sa concrétisation.