Les Verts Fraternels ont exprimé hier dans un point de presse leur soutien à la Commission Justice et Vérité, au centre social Marie Reine de la Paix à Port-Louis. Ils se disent en faveur d’une compensation aux descendants d’esclaves et travailleurs engagés. Cet élément doit faire partie du rapport de la CJV qui doit être rendu public prochainement, soutiennent-ils.
« C’est le seul moyen de soulager cette partie de la population de la pauvreté », a déclaré le leader des Verts fraternels Sylvio Michel. « Si le rapport de la Commission Justice et Vérité ne fait pas mention d’une compensation aux descendants d’esclaves et travailleurs engagés, je m’engage dans une grève de la faim », a soutenu Sylvio Michel.
Mentionnant le rapport de la Commission Justice et Vérité (CJV), Sylvio Michel a rappelé les dispositions de la loi et précisé qu’il doit être rendu public. Ce rapport, a précisé le leader des Verts Fraternels, a pour mission de « make recommandations with a view to achieve social justice and national unity ». Rappelant la contribution des Verts Fraternels dans la mission de la CJV ainsi que les manifestations tenues en faveur de la commission, Sylvio Michel reconnaît toutefois que la CJV a fait un gros travail malgré les tentatives de certains partis politiques de la discréditer. « Malgre bann difikilte ki CJV kone, sirtou dan koumansman, li finn gagn gro mwayin finansie ek gouvernman ki finn permet li akonplir so mission en 30 mwa dexistans. Nu ena konfians dan CJV ar lexperyans so prezidan Alex Boraine ek so bann komiser », a-t-il déclaré.
Cependant, soutiennent les Verts Fraternels, les descendants d’esclaves et ceux des travailleurs engagés souffrent toujours. Mettant en avant les difficultés auxquelles les membres de ces familles font face, Sylvio Michel n’a fait que commenter la situation de ces derniers, « surtout sur le plan financier ». Malgré les différentes initiatives du gouvernement pour alléger cette pauvreté, notamment à travers la National Empowerment Foundation (NEF), la Corporate Social Responsibility ou encore la création du ministère de l’Intégration sociale, ces mêmes familles n’arrivent toujours pas à « joindre les deux bouts. Li bon ki finn fer lexperyans sa bann inisiativ-la. Tou dimounn kapav rekonet zordi ki malgre tou sa, lamizer bann descendan esklav li touzour la. Lamizer enn parti desandan travayer angaze li touzour la », a lancé le leader des Verts fraternels. Avant de soutenir que « sitiasion desandan esklav pou anpire, fose dan nu sosiete ant pov ek ris ape grandi danzerezman ». C’est dans cette optique que les Verts Fraternels réclament qu’une compensation soit envisagée par la CJV pour ces familles vivant dans des conditions précaires, afin de soulager leur quotidien du fardeau de la pauvreté. M. Michel pense qu’une compensation étalée sur cinq ans permettra à ces dernières d’avoir une situation économique plus stable. Pour lui, cette compensation serait le moyen de faire régner la justice sociale et l’unité nationale. Sylvio Michel a fait comprendre qu’il accentuera sa lutte autour de l’allocation d’une compensation à cette partie de la population. « Si aucune compensation n’a été envisagée, je ferai une grève de la faim et cela peu importe mon état de santé », a-t-il lancé.
Parmi les autres sujets abordés lors du point de presse, les summer courses annoncés par le ministère de l’Éducation qu’il a qualifiés d’un « gaspillage d’énergie ». Les Verts fraternels ont également exprimé le souhait pour une vraie réforme au niveau de l’éducation. Sylvio Michel a par ailleurs lancé un appel au Premier ministre en ce qu’il s’agit de la réintégration de la syndicaliste Rehana Ameer à son poste.