Le marronnage est étroitement associé à l’esclavage. Zoom sur quelques-uns de ces marrons qui avaient choisi de ne pas courber l’échine face au régime esclavagiste auquel ils furent soumis.
Ils sont nombreux ces hommes et ses femmes assoiffés de liberté qui ont choisi de combattre l’oppression au moment de l’esclavage. Plusieurs noms sortent du lot : Diamamouve, Madame Françoise, Sans-Souci, Beliaca, Pompée, Tatamaka, Fritz. Considérés comme des esclaves marrons, ils sont le symbole de la résistance, mais leur lutte et leur histoire sont plutôt méconnues. La plupart d’entre eux étaient des Malgaches. Le titre de “marron” leur a été attribué car ce mot découle de l’espagnol cimarron, qui désigne tout animal domestique en fuite. Les esclaves étant considérés comme des animaux à cette époque, tous ceux qui fuyaient étaient qualifiés de marrons.