Victoire Jauffrein Fitzgerald, une ressortissante française de 55 ans, a porté plainte au CCID hier contre sa mère, à qui elle reproche de s’être fait passer pour elle, ajoutant qu’elle aurait vendu plusieurs biens familiaux dont elle a hérité après le décès de son père. La Française a animé une conférence de presse hier après-midi en compagnie de son avocate, Me Poonam Sookun-Teeluckdharry, pour faire état de son désespoir depuis qu’elle a appris que les biens dont elle avait hérité ont été vendus à son insu.
La ressortissante, qui avait hérité de la chaîne de magasins Café Coton à parts égales avec son frère, déplore par ailleurs le fait d’avoir été « révoquée de façon abusive de la direction de Café Coton » par sa mère. Elle déplore aussi le fait qu’un bateau qui appartenait à son père ait été vendu sans son consentement. Dans le même souffle, elle s’interroge également sur les différents comptes bancaires que détenait son père dans une banque commerciale, relatant que plusieurs millions de roupies seraient en jeu.
Victoire Jauffrein Fitzgerald explique par ailleurs que son frère aurait comploté avec sa mère afin de la déshériter de tous les biens légués par son père. Selon elle, sa mère s’est remariée après avoir divorcé de son père en 1973, et ce bien qu’ayant gardé le nom de son ancien époux. La Française affirme en outre que sa mère et son frère auraient juré un affidavit en Cour suprême, par le biais d’un notaire, pour signaler qu’elle était introuvable et qu’il fallait nommer un curateur pour la représenter. Or, Victoire Jauffrein Fitzgerald, qui a pris un avion pour la France hier, affirme qu’aucune démarche n’a été entreprise pour la contacter. Elle dit cependant espérer qu’elle récupérera tout ce qui lui est dû, raison pour laquelle elle dit avoir soumis tous les documents relatifs aux enquêteurs de la CCID. « Je compte avoir recours à la justice pour faire valoir mes droits », a-t-elle terminé.