Après avoir ressenti un malaise en pleine séance d’interrogatoire hier et passé la nuit à la City Clinic sous surveillance policière, Yajna Samidha Ghurburrun est revenue au Central CID à 11 h 45 aujourd’hui. Selon les informations disponibles à la mi-journée, la femme d’affaires, accusée d’escroquerie de Rs 11,4 M lors d’une vente de terrain, était en route pour sa comparution en Cour en début après-midi.
L’interrogatoire de la fille de l’ancien vice-président de la République sir Rabindranath Ghurburrun a été perturbée trente minutes après le début de l’exercice hier, quand la suspecte a déclaré ressentir un malaise. C’est vers 13 h 45 que les limiers du Central CID, responsables de cette enquête portant sur une escroquerie alléguée de Rs 11,4 millions au préjudice de l’investisseur Italien Maurice Gino Colombo Han Mui, ont commencé l’interrogatoire avant d’y mettre un terme vers 14 h 15. Ils n’ont pas voulu prendre de risque devant la détérioration de l’état de santé de Yajna Samidha Ghurburrun, 39 ans et habitant la région de Curepipe. Entourée de ses avocats et sous escorte policière, elle a été transportée dans une voiture banalisée du Central CID à la City Clinic pour admission. Elle y avait déjà été admise mardi, alors qu’elle était attendue au tribunal de Pamplemousses pour ses deux chefs d’inculpation provisoires de « threat verbally » et de « Breach of ICTA ».
Yajna Samidha Ghurburrun est revenue aujourd’hui au Central CID en présence de ses hommes de loi des Glover Chambers pour la poursuite de l’interrogatoire interrompu hier. En début d’après-midi, toutefois, très peu d’information ont transpiré quant au déroulement de cette séance, si ce n’est que Yajna Samidha Ghurburrun s’apprêtait à comparaître en Cour pour son chef d’accusation provisoire dans le cadre de cette enquête. Il était prévu qu’elle retourne au CCID pour reprendre son interrogatoire. La principale interrogation était si elle passerait ensuite la nuit en cellule policière ou serait remise en liberté conditionnelle.