L’enquête du Central CID sur le scandale de Residence Permits du Board of Investment (BOI) a connu des développements majeurs dans la journée d’hier. Le “jockey” Iqbal Mohammud Mohabuth, 48 ans, habitant Trou-aux-Biches, a apporté des précisions cruciales dans le système de racket opérant au niveau du BOI en révélant ses contacts au sein de cette institution et au sujet de la fabrication de fausses garanties bancaires. Ce suspect et un autre ressortissant français, Jean-Francelin Taye, dont le dossier au Passport and Immigration Office comporte de faux documents, devaient comparaître devant le tribunal de Port-Louis en cours de journée pour leur inculpation provisoire.
Avant de passer aux aveux, le suspect Mohabuth, qui avait été dénoncé précédemment dans le scandale par un de ses partenaires, Abdool Samad Khodabaccus (A.S.K.), devait cependant faire des pirouettes. Au moment de son arrestation en fin de journée hier, le dénommé Mohabuth a été identifié formellement par son dénonciateur.
Dans un premier temps, en présence de son homme de loi, Me Ashley Hurhanghee, le “jockey” du système BOI devait rejeter catégoriquement les accusations portées contre lui au sujet de ce trafic de permis de résidence et d’Occupation Permits. Néanmoins, en cours d’après-midi, il devait changer d’attitude en faisant comprendre aux limiers du Central CID qu’il était disposé à collaborer à l’enquête policière visant à faire la lumière sur ce scandale.
Iqbal Mohammud Mohabuth a procédé à un « premier grand déballage » en confirmant ses connexions au sein du BOI. Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès de sources concordantes indiquent qu’il a cité des premiers noms de complices, soit le Manager/Administrative Manager du BOI Avinash Roy, un dénommé Fowdar et un dénommé Tana.
Le suspect a confirmé aux enquêteurs de la police qu’il se présentait aux ressortissants étrangers en quête de Residence et Occupation Permits comme un consultant du BOI susceptible de leur faciliter la tâche dans les démarches contre un versement initial de Rs 100 000 par permis demandé. Mais l’aspect le plus marquant de ses révélations concerne les fausses garanties bancaires. Il a avoué les avoir fabriquées personnellement et aurait même reconnu sa signature sur au moins un des documents incriminés.
Avec ces confessions, Iqbal Mohabuth a passé une première nuit au Moka Detention Centre. Sa déposition devait reprendre ce matin en présence de Me Hurhanghee car les révélations d’hier avaient été faites en son absence. Une perquisition au domicile du suspect était prévue en vue de procéder à la saisie d’Exhibits dans cette affaire de fausses garanties bancaires et d’autres arrestations sont à prévoir.
Par ailleurs, des documents officiels en possession de la police prouvent les liens entre les dénommés Abdoola Samad Khodabaccus, Iqbal Mohammud Mohabuth, les Français Claude Perissoud et Philippe Toquard. Ces documents portent sur l’enregistrement de compagnies auprès du Registrar of Companies et également la gestion de l’hôtel Oasis Beach Club, qui était assurée jusqu’à tout récemment par le Français en fuite Toquard.
Les autres pistes d’enquête de la police, qui devraient se développer dans le sillage des dernières révélations consignées, sont les activités d’Oasis exploitation dans le projet de coquillages ERS, les investissements de Ready Investment dans trois restaurants, FC Premium, Paradise Investment Real Estate, Oasis Hotel. Ces sociétés et activités sont présentées comme de véritables machines à blanchiment d’argent sale des étrangers à Maurice « avec des connexions politiques bien établies et à toute épreuve »…