Photo illustration

Un serveur de 38 ans s’est fait escroquer une somme de Rs 650 000 alors qu’il voulait se rendre au Canada pour travailler dans le domaine de la restauration. L’escroc lui aurait en effet fait croire qu’il est proche d’un ministre et d’un haut cadre d’Air Mauritius.

Dans sa plainte à la police le mercredi 18 septembre, le trentenaire avance avoir fait la connaissance du suspect lors d’une fête religieuse en mars. Ce dernier a alors prétendu qu’il s’appelait Anil et qu’il résidait à Lallmatie. Le serveur lui a alors confié qu’il souhaitait travailler à l’étranger pour aider sa famille. C’est alors que son interlocuteur a prétendu avoir des contacts en haut lieu qui pourraient l’aider.

L’escroc a ensuite donné rendez-vous au plaignant à la St-James Court, à Port-Louis, le 11 avril. Ce jour-là, il a déclaré à la victime avoir réussi à lui trouver un emploi comme superviseur dans un restaurant au Canada. Seule contrainte : la victime devait lui remettre Rs 45 000 afin qu’il puisse entamer les procédures. Le plaignant a accepté et, après avoir reçu l’argent, le suspect est entré dans le bâtiment et devait sortir quelques minutes plus tard en alléguant avoir remis la somme au secrétaire d’un ministre.

Le trentenaire dit ne pas s’être douté qu’il s’agissait d’un escroc, car le suspect était toujours bien vêtu et était convaincant. En plusieurs occasions, le plaignant lui a remis plusieurs tranches d’argent, notamment à Curepipe, Roches-Noires et Rivière-du-Rempart. En outre, en mai, le suspect lui a demandé de lui prêter sa voiture, car il avait un problème de santé et ne pouvait se déplacer correctement. « Pendant un mois, le véhicule est resté en sa possession », a déclaré la victime.

Le trentenaire a commencé à avoir des doutes en apprenant que le suspect ne s’appelait en réalité pas Anil. Il a alors tenté de le contacter pour une rencontre, mais sans succès. Comme il est toujours à Maurice, le serveur estime qu’il s’est fait berner. Il a remis à la police les documents que lui a donnés le suspect. La police a lancé une opération pour mettre la main sur lui.