Photo illustration

La CID de Grand-Baie a démantelé un groupe de Camerounais qui s’était fait passer pour des investisseurs afin d’arnaquer des Mauriciens. Le mode opératoire de ces étrangers : se faire passer pour des personnes intéressées à acheter des villas sur le littoral. Après avoir parlé aux propriétaires, les Camerounais visitent les lieux plusieurs fois pour établir une relation de confiance. Puis, pendant que quelques-uns parlaient avec la victime dans une pièce, d’autres faisaient semblant de visiter une fois encore les différentes pièces de la villa et volaient de l’argent.

La dernière victime en date est un quinquagénaire de Grand-Baie, résidant Racket Road. Il a rapporté mercredi à la police qu’après avoir passé près de 35 ans en Angleterre, il est retourné à Maurice en 2016 pour prendre sa retraite. Il avait apporté 25 000 livres (environ Rs 1 M), somme qu’il avait déclarée à la douane. Le 6 janvier, cinq personnes, soit trois Camerounais et deux Mauriciens, se sont rendues chez lui et lui ont déclaré qu’ils souhaitaient acheter une villa à GrandBaie.

Le groupe avait soutenu être prêt à débourser « plusieurs millions de roupies » pour sa propriété. À un moment donné, un des Camerounais a approché la victime et lui a dit qu’il ne voulait pas que les Mauriciens s’associent avec eux et que ses compères et lui feraient directement affaire avec lui. Le quinquagénaire n’a trouvé aucun inconvénient quand les trois Camerounais sont venus chez lui à plusieurs reprises pour visiter la villa.

Mercredi, alors que le plaignant cherchait son argent, qu’il avait gardé dans sa chambre car il devait effectuer un voyage à l’étranger, il a constaté que 200 billets de 50 livres, estimés à Rs 400 000, ont disparu. Les coupures ont été remplacées par de faux billets de banque. Le quinquagénaire a vite compris que ce sont les Camerounais qui étaient derrière le coup car ils n’ont pas pris contact avec lui après les faits. Après avoir porté plainte à la police de Grand-Baie, la CID a pris l’affaire en main.

Grâce à des images CCTV de la région, les enquêteurs ont pu mettre la main sur eux hier. Leur interrogatoire n’a pas encore débuté. Les Camerounais sont attendus au tribunal de Pamplemousses ce vendredi pour leur inculpation provisoire. Quant à leurs complices mauriciens, ils sont activement recherchés.