La dernière victime est la mère d’un des suspects dans le meurtre de Stellio Coralie qui a remis Rs 30 000 devant les Casernes centrales pour la remise en liberté de son fils . Une escouade conjointe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit et du Central CID a démantelé très tôt ce matin un réseau d’escroquerie, dont le cerveau, Sajid Rymanbee, purge actuellement deux peines de prison de sept ans pour escroquerie et vol. Deux autres complices présumés, Josian Tennermont, âgé de 32 ans, maçon de son état, habitant Port-Louis et Katie Sabrina Ramgoolam, 31 ans, de la capitale, ont été appréhendés aux petites heures du matin alors que se déroulait dans l’enceinte de la Prison Centrale de Beau-Bassin une perquisition dans la cellule occupée par Sajid Rymanbee. La dernière victime de ce réseau d’escrocs qui se faisait passer pour des hauts gradés de la police, est la mère d’un des cinq suspects interpellés pour le meurtre de Stellio Coralie à Melrose fin mars.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien auprès des sources policières bien informées indiquent que ces arnaqueurs ont réalisé plusieurs coups avant d’être mis hors d’état de nuire. Le Modus Operandi élaboré est simple. Le cerveau identifie des victimes, notamment ceux qui sont en détention provisoire, avant d’effectuer des approches par des intermédiaires au téléphone pour leur proposer d’effectuer des démarches en vue de faciliter les procédures de remise en liberté sous caution contre une somme d’argent.
Aux dires de la dernière victime, aussi bien que de ceux qui ont déjà rapporté des cas similaires dans le passé, les escrocs sont extrêmement bien documentés sur les noms des responsables des enquêtes au sein de la police aussi bien que l’état des mêmes enquêtes. La proposition formulée au téléphone est simple : l’interlocuteur se fait passer pour le principal enquêteur et se dit disposé à accélérer les procédures pour la caution contre paiement d’une somme d’argent. D’habitude, pour rassurer les victimes, l’opération de remise d’argent se fait devant le poste de police des Casernes centrales.
Dans les cas qui ont amené à l’arrestation de ces deux suspects du jour et la descente policière à la prison de Beau-Bassin, la mère d’un des suspects dans le meurtre de Melrose avait reçu un appel sur son téléphone cellulaire dans la soirée du mercredi 4 avril, soit 48 heures après l’arrestation des meurtriers présumés par des limiers de la CID de Quartier-Militaire. La voix à l’autre bout du fil se présentait comme l’assistant surintendant de police Ramgoolam, officier en charge de cette enquête criminelle. Le soi-disant officier de police, qui appelait d’un téléphone cellulaire (au 7017868), lui a fait la proposition suivante : il est disposé à remettre en liberté conditionnelle son fils contre paiement d’une somme de Rs 30 000. Le rendez-vous est fixé pour le lendemain matin devant le poste de police des Casernes centrales, soit dans les parages de la station-service.
Une fois sur place, la mère du détenu reçoit un autre appel émanant du soi-disant assistant surintendant de police pour confirmer le rendez-vous et pour donner des instructions quant à la remise de la somme. Effectivement, vers les 9 heures 15 ce jeudi 5 avril, un homme, dont le signalement ressemble à celui indiqué au téléphone, devait se présenter pour récupérer l’argent. Presqu’en même temps, ce jour-là, la mère du suspect devait recevoir un appel du faux officier de police.
Entre-temps, il n’y a eu aucun développement concernant le cas de son fils sauf qu’une nouvelle demande d’argent, soit Rs 50 000, a été formulée par l’interlocuteur escroc. Entre-temps, après mûre réflexion, la mère a préféré ne pas donner suite à ses démarches, se rendant compte qu’elle a été victime d’une arnaque. Par la suite, elle devait consigner une déposition au Central CID à ce sujet.
L’enquête conjointe de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et du Central CID a abouti ce matin à une première arrestation, celle de Paul Josian Tennermont, l’homme qui était venu récupérer les Rs 30 000 de la victime le 5 avril. Pour les formalités d’enquête, la mère du meurtrier présumé sera confrontée en cours de journée à l’escroc présumé.
Dès son arrestation et en présence des faits qui lui sont reprochés, Josian Tennermont est passé aux aveux et a impliqué ses deux complices. Il a soutenu avoir reçu des instructions par téléphone de Sajid Rymanbee, incarcéré à la prison de Beau-Bassin, pour collecter la somme de Rs 30 000 d’une personne devant les Casernes centrales.
Ce suspect aurait reçu une somme de Rs 3 000 alors que les Rs 27 000 devaient être retournées à Sabrina Ramgoolam — qui n’est autre que la compagne de l’escroc Rymanbee — en début de soirée comme convenu.
Lors de son interpellation ce matin, Sabrina Ramgoolam a confirmé que dans ce cas spécifique, elle avait reçu deux appels téléphoniques de Sajid Rymanbee sur deux téléphones différents de la prison pour récupérer une importante somme d’argent de Josian Tennermont.
Les limiers de la police ont saisi les téléphones cellulaires des suspects à des fins d’analyse Forensic par l’IT Department de la police. À ce stade de l’enquête, la police soupçonne que ce trio d’escrocs auraient arnaqué plusieurs autres victimes en ayant recours au même mode opératoire et ne sera nullement étonnée de voir une série de cas être consignés dans les prochains jours maintenant que l’identité des suspects a été mise au jour.