La 28e mission régionale de surveillance des pêches menée dans le sud-ouest de l’océan Indien, qui a débuté le 27 août dernier, accueillera la semaine prochaine deux navires patrouilleurs français et malgache.  
L’Osiris et l’Atsantsa, qui feront escale à La Réunion, sont considérés comme faisant partie des patrouilleurs les plus actifs de la région. Au cours de leur mission l’année dernière, ils ont arraisonné pas moins de cinq navires en situation illégale de pêche et effectué plus de 100 contrôles. Le patrouilleur Atsantsa a été construit à Maurice en 2007 avant d’être remis aux autorités malgaches. Pour sa part, l’Osiris est lui-même un ancien palangrier, qui avait été arraisonné en janvier 2003 dans les eaux dépendant des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf). Il effectue depuis 2007 plus de 250 jours de patrouille par an, dans les Taaf et dans la zone sud-ouest de l’océan Indien. Ensemble, ces deux patrouilleurs parcourent une zone d’opération de plus de 17 000 kilomètres, soit près d’un demi-tour du monde. Ce dispositif de surveillance régionale comprend également les patrouilleurs mauricien Guardian et seychellois Maya Dugong.
Le plan 2007-2011 régional de surveillance des pêches pour la zone océan Indien a été signé en janvier 2007 aux Seychelles. Financé par les cinq États membres de la Commission de l’océan Indien et par la Commission européenne, il est considéré comme un modèle d’intégration régionale car il permet aux pays membres une meilleure gestion de leurs ressources halieutiques en luttant contre le pillage sur une surface totale de 5 millions de km3, tout en réduisant les coûts d’opération pour chaque État.