Une véritable course contre la montre est engagée pour sauver de l’extinction les rhinocéros blancs du Nord. Cette espèce, longtemps traquée par les braconniers, ne compte plus que… cinq individus.
Sudan, dernier mâle de son espèce, vit dans un enclos de près de 300 hectares dans la réserve d’Ol Pejeta, dans le centre du Kenya. Il est l’un des cinq derniers rhinocéros blancs du Nord dans le monde. Dès lors, comment sauver de l’extinction cette sous-espèce, presque réduite à néant par le braconnage et les conflits ? C’est la question à laquelle des défenseurs de l’environnement et des scientifiques, réunis récemment à Ol Pejeta, ont tenté de répondre.
Dans son enclos, Sudan vit avec deux femelles, Najin et Fatu. Deux autres femelles se trouvent dans deux zoos tchèque et américain. “Notre combat, c’est de déterminer ce qui est scientifiquement possible dans le court délai qui nous est encore imparti”, a expliqué Richard Vigne, directeur général d’Ol Pejeta. Comme le reste de l’espèce, le rhinocéros blanc du Nord a souffert du braconnage qui ne cesse de s’intensifier ces dernières années. La corne de rhinocéros est recherchée en Asie pour ses prétendues vertus médicinales et au Yémen pour la fabrication de manches de dagues traditionnelles. Elle est revendue entre 60 et 80,000 dollars le kilo au marché noir, soit environ deux fois le cours actuel de l’or.