Les forces vives de Phoenix ont tenu un point de presse ce matin après l’agression d’un enseignant la semaine dernière à l’école du gouvernement de la localité. Ils déplorent que la voix des parents n’ait pas été entendue alors que les profs, eux, sont devenus des « victimes » depuis l’incident. Les parents se disent déterminés à aller au bout de leur combat contre la « mauvaise gestion » de l’établissement primaire car l’avenir de leurs enfants est « menacé ».
Tout en condamnant l’agression d’un prof de l’école du gouvernement de Phoenix la semaine dernière, les forces vives de cette localité expliquent que cet incident est le résultat des frustrations accumulées depuis plusieurs mois. Shajahan Mahamoodally, père d’un des élèves, soutient que depuis cet événement les enseignants sont considérés comme des victimes alors que des parents d’élèves sont pointés du doigt.
Depuis 2008, poursuit Shajahan Mahamoodally, les parents attirent l’attention des autorités sur les différents problèmes à l’école du gouvernement de Phoenix. « Dans une classe, on a changé cinq à six fois de professeur en quatre ans. » La performance de l’établissement au CPE est par ailleurs passée de 87 % à 65 %. « Nous nous trouvons dans la zone 4 où il y a des écoles comme Aryan Vedic et Baichoo Madhoo qui ont d’excellents résultats. Ici, on est en train de régresser. »
Les parents tiennent la directrice de l’école pour responsable de la situation et l’accusent de « mauvaise gestion ». Ils déplorent aussi le manque de dialogue avec l’administration. « Il n’y a même plus de réunion de la PTA (Parent Teacher Association) », soutient Shajahan Mahamoodally.
Après l’incident de la semaine dernière, regrettent les parents, il y a eu beaucoup de témoignages de sympathie envers l’enseignant en question mais personne ne réagit aux doléances des parents. « À maintes reprises nous avons attiré l’attention des autorités sur le langage utilisé par cet enseignant. »
Les forces vives de Phoenix ont par ailleurs déploré les déclarations du président du Government Teachers Union, Vinod Seegum selon lesquelles il condamne l’agression de l’enseignant. Ils critiquent également le député de la circonscription La Caverne/Phoenix (No 15), Patrick Assirvaden, qui s’est rendu à l’école la semaine dernière et leur a promis son soutien. « Mais à ce jour nous n’avons rien entendu de sa part. »