La ministre de la Sécurité sociale, Sheila Bappoo, a lancé officiellement en début de semaine le plan d’assurance maladie privé financé à partir du National Savings Fund. Désormais, un employé peut payer sa cotisation à un plan d’assurance maladie géré par une compagnie d’assurance par ses contributions mensuelles au National Savings Fund. La Confédération des travailleurs du secteur privé s’élève contre cette mesure, annoncée dans le dernier Budget, et y voit un « cheval de Troie » pour la privatisation de notre système national de santé, gratuit jusqu’ici.
« Plan dasirans maladi finanse a partir fonds National Savings Fund (NSF) fine vine zordi enn realite. Nou tou kone ki li pas facile pu boukou banne employes ki oule prend enn plan d’assurance maladie, pu finance li a travers zot salaire mensuel. Gouvernment fine donc decide dan so dernier budget, pou vine de l’avant avec enn plan d’assurance maladie pu aide ninport ki salarie ki oule prend avantage de sa plan la, et finance li a travers so contribution dan NSF », a d’emblée expliqué la ministre de la Sécurité sociale. Sheila Bappoo a cependant expliqué que ce plan est « optionnel » et que personne n’est donc obligé de souscrire à une assurance maladie privée. « Dan sa ka la, ou larzan pu continuer verse dan fond NSF et ou pu touzour gagne li kuma enn Lump Sum kan ou prend ou retraite », a-t-elle ajouté.
Retraçant l’historique du NSF, Sheila Bappoo a rappelé qu’en 1991, le gouvernement, pour éviter de faire grimper davantage le taux de l’inflation – qui était déjà à 13 % –, a décidé de créer l’Employees Welfare Fund (EWF), fonds financé par les 2,5 % prélevés de la compensation salariale de chaque employé du pays. « Obzektif sa fond la se pu guette biennet banne travailleurs et zot ti pe capav beneficie banne loan etc… », poursuit-elle.
En 1994, continue la ministre, le gouvernement met sur pied le NSF, Fonds dans lequel les employeurs versent la contribution mensuelle de 2,5 % de chaque employé, au lieu de l’EWF. « Obzektif NSF se permet banne travayer beneficie enn Lump Sum kan zot pran zot retret ou bien si lemploye aret travay pu bann rezon medikal. Ou si li perdi so travay a laz 45 ans, ou bien ankor Lump Sum verse a so madame ou lezot eritie si travayer-la finn mor avan so retret. »
Ainsi, c’est à partir de cette contribution mensuelle de 2,5 % que l’employeur fait en son nom au NSF que l’employé pourra désormais financer son plan d’assurance maladie privé. « Banne travayer ki oule pran lavantaz sa plan-la, zot capav a partir zordi contacte ninport ki compagnie assurance de zot swa ki enregistre avec Financial Services Commission pu faire zot application. Premie payman a la konpani lassirans pou koumanse environ enn mwa apre aplikasyon », a-t-elle précisé.
« Me sa plan-la, li pu applik seulement a banne employes ki fine ena enn cotisation de 6 mois de la part de zot employeur. Cotisations ki fine faire par lemployeur pou lemploye avant janvier 2012, li pu reste dans fond NSF et lemploye pu toujours gagne li cuma enn Lump Sum kan li prend so retraite », a poursuivi Sheila Bappoo.
Selon la ministre, à juin 2012, 14 000 employeurs du public et du privé versaient les 2,5 % de leurs employés au NSF. La moyenne de cette contribution mensuelle s’élevait en juillet 2012 à un maximum de Rs 311.