Des millions de litres de déchets liquides, soit l’équivalent de quatre piscines olympiques, se sont déversés dans des rivières de l’ouest américain, dont les eaux ont viré à l’orange. Paradoxe : cette pollution a été causée par des employés oeuvrant… pour la protection de l’environnement.
Plus de onze millions de litres de déchets liquides teintant l’eau d’une couleur orangée dévalent plusieurs rivières de l’ouest des États-Unis, laissant craindre d’importants dégâts après cette pollution spectaculaire malencontreusement déclenchée par des employés de l’agence de protection de l’environnement. Le contraste est saisissant sur les images montrant un cours d’eau orange sur fond de ciel bleu et forêt vert sombre, typiques des espaces sauvages du Colorado. C’est de cet État, où coule la rivière Animas, qu’est partie la fuite, avant de s’écouler vers le Nouveau Mexique, dans la rivière San Juan.
L’accident est survenu début août au niveau d’une mine d’or abandonnée, la Gold King mine, d’où s’échappaient des déchets toxiques. Des employés de l’agence de protection de l’environnement (EPA), dépêchés sur place pour colmater la fuite, ont en fait ouvert la brèche, laissant le mélange composé notamment de métaux lourds et d’arsenic se répandre dans un affluent de l’Animas. D’abord estimée à environ 3,8 millions de litres, l’EPA a réévalué dimanche l’ampleur de la pollution à 11,4 millions de litres, soit l’équivalent de… quatre piscines olympiques.