Étoile de mer est une école fondée il y a seize ans à Roches Noires. Elle accueille des enfants de douze à seize ans des régions du Nord et de l’Est. Parmi ses priorités, l’école s’engage à aider les enfants en difficulté en lecture et en écriture, tout en leur apportant un soutien moral.

Loin de l’image du quartier à problèmes, Étoile de mer à Roches Noires se situe presque en face de la mer. Tout est calme, hormis le bruit qui provient de l’école. Les enfants ont investi la terrasse à l’heure du déjeuner. Ils adorent partager ce moment avec leurs amis. “Les enfants ont droit à un petit-déjeuner et à un déjeuner tous les jours”, confie Marie Claire Lajoie, la directrice. L’école vient en aide aux jeunes qui éprouvent des difficultés à lire, à écrire, à comprendre et à parler. Elle fait partie du réseau ANFEN. Elle permet aux enfants d’acquérir les bases académiques et celles d’une éducation respectueuse.

Ouverte il y a seize ans, l’école accueille à présent 44 enfants. Ils viennent de Trou d’Eau Douce, Quatre Cocos, Roches Noires et Poste Lafayette, entre autres. “L’école a été créée pour aider les enfants de Roches Noires. Par la suite, les enfants d’ailleurs nous ont rejoints”, précise la directrice. Les enfants ont des manuels, des fournitures scolaires, un uniforme et des repas gratuitement grâce au soutien des sponsors et des donateurs. L’école compte quatre classes, quatre enseignantes, quatre coaches et quatre bénévoles.

“Avant, je ne savais pas écrire mon nom. Au primaire, on me mettait à l’écart. Je me plais ici. J’arrive maintenant à écrire mon nom”, dit Guillaume, 14 ans, qui suit tranquillement la classe. C’est aussi le cas de Jamel, 15 ans. “J’ai beaucoup appris depuis que je fréquente cette école. J’arrive à lire et à écrire.” Il a vécu dans un shelter pendant trois ans. À présent, il vit chez sa marraine dans un village à Flacq. “Je ne vois pas mes parents. Je suis habitué à ne pas les voir. Je suis très proche de ma marraine.”

Attention et affection.

“Tous les élèves n’ont pas le même niveau. Certains ne savent pas écrire leur nom ni les lettres de l’alphabet. Mais quelques-uns ont beaucoup progressé et prendront part aux examens du PSAC”, affirme Céline Baptiste, en expliquant à un de ses élèves comment utiliser un logiciel sur un ordinateur portable. “Nous leur apprenons les leçons avec l’aide d’images et en leur faisant participer à des activités collectives.” Cette école les aide à avoir confiance en eux et leur donne la possibilité de trouver un emploi plus tard.

“Avant de commencer la classe, je leur demande si tout va bien pour eux et chez eux”, dit Céline Baptiste. Elle enseigne depuis trois ans les mathématiques, le français, l’anglais et la matière art and craft. L’enseignante, qui s’occupe de neuf enfants, est à l’écoute de leurs émotions et répond à leur besoin de partager. Elle consacre au moins une trentaine de minutes à ses élèves pour savoir ce qu’ils ressentent. Ils ont besoin de quelqu’un pour les aider à comprendre et à exprimer leurs émotions car ils viennent de familles à problèmes. “En les écoutant, je fais en sorte qu’ils oublient leurs problèmes. Ils ont besoin de beaucoup d’attention et d’affection.” Les soucis familiaux rejaillissent sur eux et ont des conséquences psychologiques ou sociales. Christabelle Papillon, enseignante depuis un an à Étoile de mer, confie : “Malheureusement, plusieurs de ces enfants ont une vie difficile. Cela a impacté sur eux et ils n’arrivent pas à réussir académiquement.”

Les valeurs de la vie.

Haussements de voix, petites bagarres et moments d’insolence font partie du quotidien de certains élèves d’Étoile de mer. Les enseignants ont fort à faire. “Nous tenons beaucoup à ce que les enfants qui viennent chez nous prennent conscience des valeurs.” Ils enseignent aux enfants le respect, le savoir-faire, l’entraide et le sens de l’effort. “Nous faisons face à toutes sortes de situations”, admet la directrice. La plupart de ces jeunes affichent un comportement turbulent à cause d’un manque d’encadrement et de présence parentale. Céline Baptiste et Christabelle Papillon reconnaissent que les enfants ne sont pas toujours faciles à gérer. “Avec le temps, nous avons pu en canaliser certains.”

Pour leur faire aimer l’école et prendre conscience des valeurs de la vie, l’institution leur offre des cours de techniques d’esthétique, de natation, de cuisine et de musique. “En chaque fin de journée, ils s’adonnent à des classes d’activités. Cela leur permet de s’épanouir autrement. Les enfants sont généralement contents d’aller à la piscine”, dit Marie Claire Lajoie. Elle ajoute : “Il y a très peu d’amélioration au niveau académique. Mais nous notons un changement d’attitude dans le bon sens chez plus d’un.”

En seize ans d’existence, Étoile de mer a su apporter de la gaieté et a contribué à l’apprentissage scolaire et moral des enfants. “En venant à l’école, les enfants ont ce dont ils sont besoin pour apprendre et être bien”, conclut la directrice.