Après les données concluantes de la culture expérimentale de blé à Maurice effectuée en 2012, le Mauritius Research Council (MRC) prévoit de débuter incessamment la deuxième phase de ce projet. Après Poudre-d’Or (Verger Baudot) sur des terres de la Compagnie sucrière de Saint-Antoine, la culture s’étendra à Savannah et Montagne-Blanche.
Les régions de Savannah et Montagne-Blanche, après Poudre-d’Or, accueilleront la culture de blé à grande échelle. Cela dans le cadre de la préoccupation du gouvernement pour la sécurité alimentaire, avec les résultats satisfaisants de la première récolte mise en terre en juin 2012. Présents à la fête du pain, vendredi et samedi au Caudan Waterfront, les chercheurs du MRC ont expliqué au public les diverses étapes de production du blé. Kine Diop et Rishta Gooljar ont expliqué qu’à ce jour, la culture de blé pratiquée sur une superficie minime a donné des résultats positifs. Avec la deuxième phase de ce projet, le MRC tentera de voir si « la culture de blé à grande échelle sera concluante ». Parmi les variétés présentées vendredi et samedi : la Ndura, Sky et Stallion.
Les différentes étapes de production ont été présentées à cette occasion. Rappelons que le blé, qui représente 80 % de la consommation alimentaires usuelle des Mauriciens, est à ce jour importé.
Dans un deuxième temps, le gouvernement tente de se faire une place dans la production de blé. Après de nombreuses études, il a été prouvé que sa culture est possible à Maurice. Des essais effectués à Réduit il y a quelques années ont donné des résultats positifs.
Les recherches dans ce domaine à Maurice ont eu lieu à trois niveaux. Le premier a été d’évaluer la culture sous différentes conditions agro-climatiques dans l’île. Le second, à établir la variété qui donne le meilleur rendement. Le troisième, enfin, consistait à évaluer la qualité de farine de blé apte à être produite à partir de ce blé cultivé localement.