L’ambassadeur de France à Maurice, Laurent Garnier, a procédé jeudi dernier au lancement du réseau mauricien France Alumni à l’Institut français de Maurice (IFM), à Rose-Hill. Ils sont 386 sur plusieurs milliers à avoir étudié en France durant ces quatre dernières décennies à s’être joints au réseau mauricien à ce jour. Le parrain de ce nouveau France Alumni Maurice est Salim Moollan, avocat, QC.
Le réseau social mondial France Alumni est une initiative du gouvernement français lancée en novembre 2014, au Quai d’Orsay, à Paris. À ce jour, 40 pays ont créé une déclinaison locale et ont déjà lancé les leurs. Selon l’ambassadeur Garnier, il permet « aux étudiants étrangers, qui poursuivent chaque année des études en France, de rester en contact avec la France, ses écoles, ses universités, ses entreprises et son offre culturelle une fois leur séjour achevé ». Il offre aussi une plateforme d’échanges entre les Alumni de tous les pays et « une opportunité pour le développement international des entreprises et des universités, qui peuvent nouer de nouveaux partenariats, économiques ou académiques, avec les Alumni ». France Alumni est aussi une plateforme qui constitue « une composante de l’attractivité de la France », faisait ressortir l’ancien ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius à l’occasion du lancement du réseau, au Quai d’Orsay, en novembre 2014.
À ce jour, environ 300 000 étudiants étrangers poursuivent leurs études en France, « un chiffre en progression de 70% depuis 15 ans ». De ce nombre, 2 000 sont Mauriciens, dont 350 sortent diplômés tous les ans. Laurent Garnier note que la France constitue une destination de choix parmi ceux souhaitant poursuivre des études universitaires pour plusieurs raisons, dont celle de la garantie de la qualité de formation. « Les formations sont financées et garanties par l’État, ce qui est un gage de qualité et la preuve de la priorité que la France accorde à l’éducation et à l’enseignement supérieur », souligne l’ambassadeur, rappelant « les traditions d’excellence de son enseignement supérieur, de ses universités et de ses grandes écoles, qui ne sont plus à démontrer ». Aussi, note-t-il, « les diplômes français sont reconnus internationalement » et l’étudiant bénéficie d’« un cadre de vie agréable et épanouis » et de « l’art de vivre à la française ». Il souligne que, selon un sondage, neuf étudiants étrangers sur dix recommandent la destination et que Quacquarelli Symonds (QS), cabinet britannique spécialiste de l’enseignement supérieur à l’échelle internationale, classe Paris « meilleure ville étudiante au monde », pour la quatrième année consécutive, derrière Londres, Singapour et Sydney.
Laurent Garnier souligne que le gouvernement français octroie des bourses aux Mauriciens annuellement depuis les années 70’, avec toutefois une baisse durant ces dernières années, avec « l’amélioration de l’offre locale de formation ». Laurent Garnier poursuit : « J’espère que vous trouverez dans ce réseau social que nous vous proposons une occasion de tisser ou de retisser des liens entre vous, mais aussi, plus largement, avec tous les Alumni du monde. »
La cérémonie du lancement de France Alumni-Maurice était marquée par le témoignage de Mauriciens ayant fait une brillante carrière à Maurice après une formation en France. Tous ceux intéressés à ce réseau sont invités à se connecter sur le site www.maurice.francealumni.fr. Les adhérents peuvent aussi faire la demande pour une carte privilège, qui leur permettra de bénéficier des offres commerciales d’entreprises qui se sont associées au projet.