Fréderic Meslin, le directeur de l’École Centrale de Nantes, spécialisée dans la formation des ingénieurs, a animé une causerie à Ebène sur le thème « How is engineering shaking the future ». Lors de cet exposé, M. Meslin a parcouru la formation dispensée au Medine Education Village et le rôle essentiel de l’ingénierie dans la société. « L’ingénieur doit faire bouger le futur », dit-il.   
Le directeur de l’École centrale de Nantes à Maurice, redéfinit le profil de l’ingénieur  et explique que le rôle de l’école consiste à mettre l’ingénierie au service de l’Homme. « L’ingénierie est le lien entre la science et la technologie. C’est relier la pomme d’Adam à celle d’Apple », dit-il. L’École Centrale de Nantes se situe dans le top 5 de 250 écoles d’ingénieurs en France. Elle dispose d’un réseau de partenaires internationaux très dense avec des institutions de grande qualité. L’admission est compétitive car les étudiants n’apprennent non seulement la maîtrise des sciences mais aussi la découverte des solutions techniques pour améliorer le quotidien de chaque individu. L’École compte quatre campus internationaux soit en Chine, Inde, le Maroc et Maurice. Les deux grosses activités sont l’enseignement et le développement économique à travers la recherche. « Nous avons des plates-formes expérimentales avec des chercheurs de renom qui permettent de soutenir le développement et l’innovation dans les entreprises », souligne Fréderic Meslin. Sur le campus à Pierrefonds, les cours d’ingénierie n’ont pas de spécialisation car l’étudiant doit pouvoir tout faire. « Le rôle de l’ingénieur dont le rôle n’est pas que de construire des bâtiments, des ponts et des chaussées mais aussi pouvoir créer et dompter de nouveaux matériaux qui changeront le futur », explique l’intervenant.
Lors de son exposé hier, M. Meslin a donné un aperçu des différentes machines et technologies dont se sert l’école pour former les jeunes à développer de nouveaux matériaux. Il a donné l’exemple du métal et du béton entre autres qui peuvent être réinventés à d’autres fins. Le directeur a aussi abordé le domaine de la médecine qui, souligne-t-il, ne peut avancer sans un ingénieur. « L’ingénieur peut réimaginer des matériaux pour améliorer la technologie. Nous voulons produire des ingénieurs qui soient de vrais entrepreneurs et de vrais innovateurs. L’étudiant passera ensuite une année en stage dans une entreprise. Il se spécialisera dans le domaine de son choix », souligne-t-il. Le directeur de l’École Centrale de Nantes estime que vu les enjeux du commerce extérieur, Maurice n’a d’autre choix que d’innover et d’exporter. À une question de l’audience sur la place de l’ingénieur à Maurice, M. Meslin devait répondre: « Quelle est la place de Maurice sur l’extérieur ». Et de conclure: « Il faut expérimenter des choses qui pourront être transférées au niveau international ».