L’Algonquin College compte actuellement une quinzaine d’étudiants mauriciens. Situé dans la ville d’Ottawa, ce collège polytechnique propose des formations pratiques et professionnalisantes pour faciliter l’intégration des étudiants sur le marché du travail. Représenté par l’Overseas Education Centre (OVEC) à Maurice, le représentant de l’Algonquin College est à Maurice jusqu’à lundi pour rencontrer ceux souhaitant y poursuivre leurs études. Le Region Specialist Antonio Aragon revient sur les avantages d’étudier dans cette ville, où les opportunités d’emploi sont innombrables pour les Mauriciens en raison de son bilinguisme.
L’Algonquin College est situé dans la ville bilingue d’Ottawa. « C’est ce qui nous démarque des autres villes anglaises car, étant bilingue, un diplômé peut facilement trouver du travail à Ottawa, et ce même dans le secteur public », souligne Antonio Aragon. Actuellement en visite à l’OVEC, et ce jusqu’à lundi, le représentant de l’Angonquin College a eu l’occasion d’expliquer aux jeunes Mauriciens les avantages qu’offre cette ville. « Most Canadian do not speak French and having Franch is an advantage », dit-il. Et d’ajouter : « We have a mixture of cultures which is very attractive to Mauritians and the level of adjustment is very high. Mauritians are very appealing to Canada. »
Antonio Aragon soutient par ailleurs qu’avec le nouveau gouvernement en place, plusieurs autres opportunités et procédures de visa sont plus rapides.
Algonquin Polytechnic offre par ailleurs 175 cours à plein-temps, dont plusieurs avec le “coop program”. Les cours coûtent moins cher à Ottawa que dans d’autres villes canadiennes. Le collège a introduit cette année un nouveau programme au niveau “licence en early learning and community studies”.  Pour la nouvelle entrée, l’institution offre plusieurs bourses internationales de USD 3 000. « Algonquin’s programs provide the best of both worlds, combining the practical application of college education with the theoretical and critical foundations of university learning », souligne Antonio Aragon. Par ailleurs, l’université, telle que c’est la pratique au Canada, offre le “coop program”, qui permet aux étudiants d’effectuer des stages en entreprises deux fois durant leurs années d’études, leur donnant ainsi la garantie de trouver un emploi par la suite. Par ailleurs, la ville d’Ottawa, explique Antonio Aragon, accueille plusieurs festivals durant toute l’année et les Mauriciens peuvent y trouver du travail. « We have a very strong IT sector and French is a requirement to work with the governement », fait-il ressortir. Cette université met également l’accent sur l’élaboration de partenariats stratégiques pour que ses étudiants puissent recevoir l’éducation, la formation et les compétences exigées par le marché du travail. L’OVEC, qui travaille depuis plusieurs années avec l’Algonquin College, estime qu’il s’agit d’une opportunité pour les étudiants. « Le Canada offrant l’opportunité aux jeunes Mauriciens d’y travailler après leurs études, et avec le problème d’emploi qu’il y a actuellement, je pense que trouver un job après ses études est l’une des principales préoccupations des jeunes », ajoute la directrice, le Dr Dorish Chitson.