Trois boxeurs mauriciens à la conquête de l’or ce soir. Au Pavihao do Estrale Vermelha à Maputo, Bruno Julie (catégorie -56 kg), Richarno Colin (-64 kg) et Kennedy St. Pierre (-75 kg) viseront la plus haute marche du podium afin de rejoindre au palmarès Richard Sunee, médaillé d’or aux Jeux d’Afrique tenus à Harare en 1995. Ces trois boxeurs ont donc franchi le cap des demi-finales hier soir, contrairement à John Colin (-60 kg), qui se contentera ainsi de la médaille de bronze.
Face aux Mauriciens se dresseront des adversaires maghrébins, soit les Algériens Benbaziz Reda et Kaddous Saad face à Bruno Julie et Kennedy St. Pierre respectivement, et le Tunisien Houya Abderazak face à Richarno Colin. « Tout peut arriver, surtout face à des Maghrébins. Néanmoins, nous nous attendons au mieux. Quoi qu’il en soit, nous avons confirmé notre progression dans cette compétition si on tient en considération le fait qu’une seule médaille de bronze avait été obtenue quatre ans de cela à Alger », fait ressortir le Directeur technique national, Jean-Claude Nagloo.
Toujours est-il que Richarno Colin semble celui qui partira avec les faveurs des pronostics. Il avait expédié Abderazak au tapis dès la première reprise lors des championnats d’Afrique en mai dernier et abordera ainsi son combat avec un net avantage psychologique. Qui plus est, l’aîné des frères Colin n’a pas réellement eu à puiser dans ses réserves pour mettre à la raison le Botswanais Gaasite Gomotsang hier soir.
Un adversaire qu’il a toujours dominé jusqu’ici et qui était d’ailleurs mené 2-4 à l’issue de la première reprise. Colin ne fera alors qu’accroître son avance pour s’imposer dans un canter (16-4), maintenant ainsi sa série victorieuse entamée depuis le début de cette saison. Et ce, malgré le fait qu’il n’évolue pas dans la plénitude de ses moyens en raison de sa blessure au métacarpe.
“Terminator”
L’entraîneur national, Judex Bazile, estime que son poulain devra faire parler son expérience ce soir. « Il n’évolue qu’à 75% de ses moyens et devra tout de même faire le trou d’entrée. D’ailleurs, rien n’est gagné d’avance, même s’il possède un avantage psychologique sur son adversaire. » Autant Colin s’est imposé avec une certaine aisance, autant Kennedy St. Pierre n’a pas eu les coudées franches pour venir à bout du Camerounais Nguea Nguilla. Un adversaire que Jean-Claude Nagloo qualifie volontiers de « Terminator » et qui a tout écrasé sur son passage dans son pays.
« Ce fut un combat des plus âpres, avec deux frappeurs en action. Un match coupe-gorge en somme, avec des échanges très durs », avance de son côté Judex Bazile. D’ailleurs, St. Pierre ne possédait qu’un point d’avance (8-7) à l’issue du premier round. Toutefois, il évoluera plus à l’aise par la suite, en multipliant les contres. C’est ainsi que le Camerounais était compté à deux reprises au dernier round, tandis que St. Pierre était victime d’un saignement du nez. Il faisait toutefois la différence sur le score flatteur de 28-13. Reste que dans le camp mauricien, on souhaite qu’il aura récupéré de ses efforts intenses, surtout qu’il sera cette fois aux prises avec un Algérien qui se trouve être vif et rapide.
De son côté, Bruno Julie a su garder sa concentration face à un Mozambicain Malie Vasco Antonio survolté devant son public. Les deux pugilistes étaient à égalité à la fin du round initial (4-4) et le staff technique mauricien décidait alors de changer de tactique, soit multiplier les enchaînements et ne plus subir le combat. Dès lors, Bruno Julie prenait ses distances (12-7) et possédait une marge de manoeuvre suffisante pour mettre l’issue hors de doute.
Tout comme lors des différentes éditions des championnats d’Afrique, le médaillé de bronze olympique trouvera sur sa route un Algérien. Benbaziz Reda, 18 ans, considéré comme le plus grand espoir de la boxe algérienne, pourra-t-il freiner la marche triomphale du “Mauritian Magician” ? « C’est un adversaire à prendre au sérieux, étant longiligne et fin tacticien. Nous étudierons la tactique pour mieux le contrer », avance Judex Bazile.
Par contre, l’aventure s’est achevée pour John Colin. Malgré sa témérité, il n’a pu résister aux assauts du Tunisien Mejiri Ahmed, qui avait d’emblée pris les devants (11-5) pour finalement faire la différence (24-11). « L’écart ne reflétait pas réellement la physionomie du premier round. John était alors condamné à attaquer. Quoi qu’il en soit, cette médaille de bronze se trouve être encourageante pour la suite de sa carrière », soutient Judex Bazile. Il est à noter que le coup d’envoi des finales sera donné à 19h (heure de Maurice).