• Un nouveau contingent de 70 travailleurs indiens arrivé dans l’archipel hier après-midi

Le dernier coup de colère des habitants d’Agalega, il y a quelques jours, contre l’indisponibilité du Dornier pour des évacuations urgentes, n’aura cette fois pas été vain. D’après les renseignements recueillis, l’Outer Islands Development Corporation a en effet été informée la semaine dernière que l’avion de la National Coast Guard serait désormais disponible pour toute situation d’urgence dans l’archipel. Par ailleurs, le MV Trochetia, qui avait quitté Port-Louis samedi, est arrivé hier après-midi dans l’archipel avec, à son bord, 70 travailleurs indiens recrutés par Afcons Infrastructure. Un cargo venant de l’Inde transportant des équipements de construction lourds est aussi attendu dans l’archipel durant la première quinzaine de ce mois.

Depuis le début de l’année, à plusieurs reprises, ce sont les avions de l’Islands Development Corporation des Seychelles qui ont assuré le déplacement des habitants nécessitant des soins en urgence, faute de l’indisponibilité du Dornier. À la suite des récents cas d’hospitalisation aux Seychelles survenus à la fin du mois d’avril, les habitants ont protesté contre cette situation et ont fait part de leur mécontentement au Prime Ministers Office par le biais d’une pétition envoyée le 26 avril. Cette démarche n’a pas été vaine puisque, selon les renseignements recueillis, l’Outer Islands Development Corporation, responsable de la gestion d’Agalega, a été informée la semaine dernière que des mesures ont été prises afin que le Dornier soit immédiatement accessible en cas d’urgence à Agalega. Selon des habitants que l’on a contactés hier, tout le monde a repris ses occupations quotidiennes dans le calme. « Nou espere ki bann otorite pa fer erer ankor avek nou », nous a dit une interlocutrice en faisant allusion à l’indisponibilité du Dornier.

Par ailleurs, le MV Trochetia, affrété par Afcons Infrastructure pour transporter des travailleurs indiens dans l’archipel, est arrivé à destination hier après-midi. Pour rappel, cette multinationale indienne a décroché le contrat pour la réalisation d’une nouvelle piste d’atterrissage, d’un nouveau quai ainsi que pour d’autres aménagements importants dans l’archipel. Le débarquement des 80 passagers, dont les travailleurs indiens, des cadres de MTML, un prêtre catholique et un représentant du ministère de l’Égalité des genres, s’est déroulé sans problème. Le constructeur a fait appel à la main-d’œuvre indienne pour ses différents chantiers de construction dans l’archipel. Le nombre d’étrangers impliqués dans ces travaux continue à grossir à vue d’œil et, déjà, on en dénombre environ 400 (ouvriers et cadres administratifs d’Afcons).

En attendant la fin des travaux de construction et l’aménagement de leurs dortoirs en dur, ces étrangers sont logés sous des tentes et dans des containers. Selon des habitants, les nouveaux dortoirs seraient « assez grands » pour héberger cette main-d’œuvre étrangère.
L’on apprend aussi que le constructeur indien attend l’arrivée très prochaine d’un autre cargo venant de l’Inde et transportant des équipements de chantier lourds. Pour rappel, depuis février, de nombreux équipements de construction – fort impressionnants pour les habitants – ont été débarqués dans l’archipel et sont gardés au village de La Fourche, sur l’Île du Nord.