Le festival international kreol aura lieu cette année du 19  au 29 novembre. Pour sa 10e édition, le festival sera décentralisé afin de proposer des activités culturelles dans différentes régions de l’île. Au programme : compétition de séga, foire des entreprises, concours de slam, projection de film en kreol en plein air, régate et défilé de mode, entre autres. Xavier-Luc Duval, Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme et des Communications externes, a tenu une conférence de presse hier à son siège, à Port-Louis, afin de donner plus de détails sur l’événement.
Cette année, le festival international kreol se décentralise afin de proposer des activités dans plusieurs régions du pays. Lors de sa conférence de presse, Xavier-Luc Duval a lancé un appel à candidatures afin que toute organisation, club ou association puisse soumettre un projet dans sa région dans le cadre du festival, qui se tiendra du 19 au 29 novembre. « Nous sommes convaincus qu’avec la participation de tout un chacun, ce festival prendra cette année une tournure bien plus grande que les autres années. Il faut aussi savoir que, pour les projets qui nous seront soumis, nous sommes prêts à aider financièrement, si le cas le mérite. Pour s’inscrire, il suffit de se rendre sur le site de la MTPA afin de remplir le formulaire et de soumettre ses projets », a annoncé le ministre du Tourisme.
Pendant 10 jours, les Mauriciens auront donc la possibilité de profiter du festival dans différentes régions. Ainsi, à Mahébourg, un festival culinaire sera proposé, de même qu’un grand concert aura lieu aux Salines. La séga sera aussi à l’honneur au stade de Quatre-Bornes tandis qu’un grand défilé de mode est déjà prévu par la municipalité de Curepipe.
Xavier-Luc Duval a également mis l’accent sur la langue kreol. « Le festival international kreol est le festival culturel le plus populaire à Maurice. Son objectif a toujours été de promouvoir et de valoriser la culture créole. Le kreol est le ciment de notre société et a pu devenir une langue de choix grâce à son introduction dans les écoles », a lancé XLD avant d’ajouter : « Je reviens tout juste du salon Top Resa, où j’ai pu me rendre compte à quel point les Français recherchent l’authenticité créole en venant dans notre pays. C’est pourquoi il est important de soutenir le festival, qui attire chaque année de nombreux journalistes étrangers », a conclu le ministre.