Au cas où le leader du Reform Party, Roshi Bhadain, soumet sa démission du Parlement, le MMM présentera un candidat à l’élection partielle, a annoncé samedi le leader du MMM, Paul Bérenger, lors d’une conférence de presse.
« Le MMM a le choix entre plusieurs candidatures et d’autres propositions sont examinées. L’alliance gouvernementale part battue d’avance à une éventuelle élection et pourrait ne pas présenter de candidat », a soutenu Paul Bérenger. Il s’est toutefois montré réservé quant à la décision du leader du Reform Party, estimant qu’une élection partielle risque de dévier l’attention des priorités de l’heure et pourrait faire perdre du temps au pays.
Roshi Bhadain a menacé de soumettre sa démission au cas où le gouvernement irait de l’avant avec le projet de métro express. Le DPM Ivan Collendavelloo a indiqué, ce week-end, que le gouvernement irait de l’avant avec le projet et que l’alliance MSM-ML présentera un candidat à cette occasion.
Le leader du MMM est revenu samedi sur la ligne de crédit de USD 500 M (Rs 18 milliards) mise à la disposition de Maurice par le gouvernement indien lors de la visite d’État effectuée par le Premier ministre et ministre des Finances en Inde la semaine dernière. Il a soutenu que les conditions attachées à cette nouvelle ligne de crédit ne sont pas meilleures que celles que le Premier ministre indien Narendra Modi avait proposées à Maurice en 2015 à l’occasion de sa visite chez nous. Paul Bérenger souligne que normalement l’Inde offre un taux d’intérêt de 1,5 % aux pays les moins avancés et un intérêt de 1,75 % aux pays à revenus moyens pour les lignes de crédit. Or, Maurice a obtenu un taux d’intérêt fixe de 1,8 %. « Si l’Inde avait vraiment voulu accorder une ligne de crédit à un taux concessionnaire elle aurait proposé à Maurice un taux d’intérêt de 1,5 % », soutient Paul Bérenger tout en remerciant le gouvernement indien pour l’aide accordée à Maurice. Quant à la question de savoir pourquoi le Premier ministre a accepté cette ligne de crédit maintenant alors que le gouvernement n’avait pas utilisé celle mise à sa disposition en 2015 à des conditions favorables, Paul Bérenger croit savoir que cet argent servira à financer le projet de métro express. Il a indiqué que les deux soumissionnaires présélectionnés, à savoir Afcons et Larsen & Taubro, étaient sur le point de se retirer tenant en compte qu’il sera difficile de réaliser un projet de cette envergure à l’intérieur d’un budget de Rs 17 milliards. Il affirme attendre avec impatience le rapport des consultants singapouriens concernant le métro express et souhaite la publication des offres des deux compagnies.
Concernant le budget qui sera présenté par le ministre des Finances ce jeudi, Paul Bérenger prévoit que ce ne sera qu’un chapelet d’annonces et que le gouvernement souhaite finir avec l’exercice budgétaire au plus vite. En effet, selon l’agenda parlementaire, l’Assemblée se réunira tous les jours jusqu’à l’adoption du budget. Il reviendra au porte-parole économique du MMM, Reza Uteem, de donner la réplique au ministre de Finances pour ce parti. Le leader du MMM fera toutefois des commentaires préliminaires après le discours du budget jeudi prochain.
Concernant le comité interparlementaire sur les Chagos présidé par le ministre mentor sir Anerood Jugnauth, Paul Bérenger a déploré l’absence du Premier ministre et du ministre des Affaires étrangères à la dernière réunion la semaine dernière. Il s’est gardé toutefois de faire d’autres commentaires bien que n’étant pas satisfait de beaucoup de points. Il préfère attendre les débats sur la résolution présentée par Maurice le 22 juin prochain avant de faire d’autres commentaires afin que Maurice puisse se présenter comme un front uni devant la communauté internationale. Il a souhaité avoir le décompte des voix lorsque la résolution sera mise au vote à l’assemblée générale des Nations unies.
Paul Bérenger a condamné avec force la décision du président américain de retirer son pays de l’accord COP 21 conclu à Paris en décembre 2015. Il a accueilli la position ferme adoptée par l’Union européenne et la Chine. Il a également souligné le leadership des Seychelles dans le groupe des petits pays insulaires mais déplore que l’ancien Premier ministre n’ait rien fait pour maintenir le leadership de Maurice. Et ce, dit-il, malgré tous les efforts faits par l’ancien gouvernement MSM-MMM, qui avait permis à Maurice d’accueillir la conférence des Nations unies consacrée aux Petits États insulaires en développement, à laquelle le secrétaire général des Nations unies et plusieurs d’autres chefs d’États et de gouvernement avaient participé.
Concernant Agaléga, Paul Bérenger a réclamé la publication du protocole d’accord signé entre Maurice et l’Inde concernant la construction de la piste d’atterrissage et de la jetée ainsi que l’accord conclu entre les deux pays concernant la sécurité maritime.