Monique Dinan

Deux drames survenus récemment ont fait les grands titres :

• À Belle-Rose, un homme de 23 ans agresse avec préméditation son ex de 22 ans. Les deux travaillaient ensemble. Quand la jeune femme n’a plus voulu continuer la relation, son partenaire ne l’a pas accepté. Un homme au cœur meurtri d’être mis de côté; une femme blessée qui fait les grands titres des journaux. Deux familles impliquées alors que chacune d’elles a dû beaucoup s’investir ces 20 années passées à faire grandir leurs enfants et à les aider à se créer un avenir.

• À Londres, une Mauricienne attendant son sixième enfant et tuée par son premier mari de qui elle a eu trois enfants. Elle n’a pas connu son dernier-né, Ibrahim, qui a pu être sauvé grâce à une césarienne. Quel avenir pour ces deux hommes qui ont aimé la même femme et pour ces six enfants ?

Un premier constat : que de souffrances vécues pour aboutir à tant de violence qui fait aussi souffrir les parents des trois adultes concernés.

La police et la justice exerceront leur mission.

Que de lourdes et angoissantes séquelles à des peines de cœur se manifestant par une violence prête à meurtrir l’aimé d’hier dans sa personne, sa réputation et son avenir.

Les grands-parents, les psychologues et les enseignants auront à gérer les problèmes des orphelins concernés.

Que faire : compatir, épiloguer… Est-ce que cela suffit ? Mais comment prévenir ?

Ne faut-il pas aussi s’engager auprès des jeunes – les adultes et parents de demain –  pour leur faire découvrir que leur besoin d’aimer d’adolescents doit prendre le temps de se construire afin de pouvoir faire des choix judicieux avant de s’engager dans des relations éphémères ? Que leur proposer dans ce sens pendant ces trop longues vacances de fin d’année durant lesquelles il leur faut meubler le temps libre ?

Ont-ils des occasions de réfléchir et de prier pour renforcer leur capacité à connaître plus tard un amour vrai, épanouissant et solide capable de gérer les inévitables accrochages d’une vie de couple ?

Ils doivent découvrir tout ce que le mot sexe comporte de positif sans que l’homme devienne l’ex et la femme l’ex. L’amour a ses exigences. Chaque humain n’a qu’une seule vie pour y mettre le maximum d’amour et de pardon, ce qui s’apprend encore mieux quand on prend le temps d’apprendre à prier et à célébrer l’amour que Dieu nous donne.