Une semaine après le cafouillage autour du questionnaire d’histoire-géographie de l’examen du Primary School Achievement Certificate (PSAC), les parents sont toujours dans le flou. Plusieurs d’entre eux disent avoir téléphoné au Mauritius Examination Syndicate (MES), où on leur a dit que les enfants ne seront pas pénalisés. Toutefois, ces parents souhaitent un communiqué officiel de l’organisme à ce sujet. De même, la Government Teachers Union (GTU) a logé une plainte officielle au ministère de l’Education.
Dans sa lettre datée du 1er septembre, le président de la GTU, Vinod Seegum, fait ressortir que la mise sur pied d’une unité de « Quality Control » n’est qu’un « subterfuge » pour calmer les partenaires. Il rappelle également que l’année dernière, des erreurs avaient été relevées également dans le papier de maths pour le Grade 5, ce qui avait engendré finalement l’annulation des questions concernées, après protestation du syndicat. Le syndicat dénonce ainsi « l’amateurisme » du MES sur la préparation de ces questionnaires.
Pour le présent papier d’histoire-géo, l’enjeu est d’autant plus important qu’il s’agit du PSAC, soit de l’examen de fin de cycle qui déterminera de l’avenir de l’enfant. Même si les collèges nationaux n’admettront pas d’élèves en Grade 7 (Form I)  l’année prochaine, le ministère de l’Education a déjà expliqué que l’allocation des collèges se fera à partir des résultats de l’enfant et des choix des parents. « Déjà que le choix est limité, on vient maintenant ajouter un stress supplémentaire avec ce questionnaire », disent des parents dont les enfants ont, en plus, passé l’examen de l’Alliance française, deux jours après le traumatisme du PSAC.
Ces parents affirment avoir téléphoné au MES, où il leur a été dit que les enfants ne seront pas pénalisés. « Mais quelle garantie avons-nous ? Le ministère ou le MES doit venir communiquer officiellement sa décision et dire ce qu’il compte faire exactement et comment nos enfants ne seront pas pénalisés. »
Dans sa lettre, la GTU fait référence à la circulaire du ministère, datée du 31 janvier 2017 et portant la référence CR/78/13/12CTV2, précisant les chapitres d’histoire-géo à réviser.  Or, selon les enseignants, le questionnaire comportait non pas une, mais toute une série de questions non comprise dans les chapitres concernés. Deepak Bhaghirattee, enseignant à la Rose-Belle North Govt School, indique que toute la question 10, comprenant une série de sous-questions, et totalisant une dizaine de points, ne se trouve pas dans le « syllabus » prévu pour l’examen. « Les réponses à ces questions se trouvent dans le chapitre “settlement”. Or, ce chapitre n’était pas sur la circulaire du ministère. Ce qui veut dire que c’est hors programme. »
Ce dernier dit également recevoir des plaintes des parents qui sont inquiets. « Malheureusement, à mon niveau, je ne peux rien faire. C’est le MES qui doit décider. Je suis d’accord moi aussi pour dire que la décision doit être communiquée officiellement avant le début de la correction des épreuves. » Ce dernier témoigne également que ses élèves sont « traumatisés », ajoutant : « Ils ont peur pour les autres papiers à venir. Ils me demandent si ce sera aussi difficile. »