Dans le cadre de l’Examen périodique universel en octobre à Genève, Maurice finalise actuellement son rapport national sur les droits humains. Ce document sera soumis en juillet au Conseil des droits de l’homme après un processus de consultation élargi avec toutes les parties prenantes, à savoir des départements gouvernementaux, institutions nationales de droits humains et organisations non gouvernementales.
Dans ce contexte, la Human Rights Unit du Bureau du Premier ministre organise en collaboration avec le Mauritius Council of Social Service (MACOSS) un atelier de travail d’une demi-journée lundi à l’hôtel Gold Crest à Quatre-Bornes à l’intention des organisations non gouvernementales. L’objectif est de mobiliser la société civile afin qu’elle apporte sa contribution dans cet exercice national.
De plus, la Human Rights Unit entame des consultations auprès de divers ministères de même que les institutions nationales des droits humains comme la National Human Rights Commission, l’Equal Opportunities Commission, l’Ombudsman, l’Ombudsperson for Children et le Data Protection Office. Le rapport couvrira plusieurs aspects comme les réalisations et les meilleures pratiques ; les contraintes et les lacunes ; les droits des enfants et des femmes ; les groupes vulnérables ; les droits des personnes âgées ; les droits des handicapés ; la police ; le judiciaire ; la prison et le cadre législatif. Tous ceux qui souhaitent avoir accès aux documents de référence sont appelés à consulter le site web http://humanrights.gov.mu. Les commentaires et contributions peuvent être soumis à la Human Rights Unit à l’adresse suivante : brajabhaleecader@mail.gov.mu.
L’Examen périodique universel (EPU), établi en 2006 par une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies qui est à l’origine de la création du Conseil des droits de l’homme, est un processus qui consiste à passer en revue, tous les quatre ans, les réalisations de l’ensemble des 192 États membres de l’Organisation des Nations unies dans le domaine des droits de l’homme. Il fournit à chaque État l’opportunité de présenter les mesures prises pour améliorer la situation des droits de l’homme sur son territoire et respecter ses obligations dans ce domaine. Mécanisme central du Conseil des droits de l’homme, l’EPU est conçu de façon à assurer une égalité de traitement à chaque pays.
La situation à Maurice a été passée en revue en février 2009 sur les questions relatives aux droits des enfants, des personnes handicapées et des minorités, ainsi qu’à la violence domestique et l’exploitation sexuelle des enfants, entre autres. Le pays a signé plusieurs traités de droits de l’homme : la Convention internationale sur l’élimination de toute forme de discrimination raciale, la Convention sur l’élimination de toute forme de discrimination contre les femmes, la Convention sur les droits de l’enfant, la Convention sur les droits des personnes avec des handicaps, la Charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant, entre autres.