Photo illustration

Si le stress des examens de Cambridge a commencé pour les 30,971 candidats (de l’ensemble de la République) inscrits aux épreuves, ceux qui vont se rendre dans les centres d’examens des Plaines-Wilhems, particulièrement à partir de cette semaine, vont devoir gérer une situation non moins stressante.

Il s’agira pour eux de faire en sorte de ne pas être bloqués dans les embouteillages causés par les travaux du Metro Express. Si Cambridge a été intransigeant: l’université ne reverra pas ses horaires, en revanche, le 29,750 candidats qui ne souhaitent pas arriver en retard dans les centres d’examens qui se trouvent dans des régions concernées par des modifications du trafic routier ont été invités par un panel de techniciens des Infrastructures Publiques, des représentants du Mauritius Examinations Syndicate (MES) et de l’Éducation, qui s’était penché sur la question, vendredi dernier, de sortir plus tôt de chez eux.

Néanmoins, si des candidats se présentent avec un certain retard en raison des travaux, leur cas sera analysé individuellement. Cambridge tient à rester inflexible sur ses positions pour des raisons de sécurité. Toutefois, étant donné l’envergure des examens de Cambridge et sa portée nationale, il est regrettable de noter que le MES s’est montré avare en communication et en détails pratiques à ce sujet.