Maurice et 25 autres pays participent aujourd’hui à l’exercice de simulation de tsunami, une opération mise sur pied par l’Indian Ocean Wave (IOWAVE) qui a lieu chaque deux ans sur le plan régional.

Il est 10h48 quand l’alerte est donnée. Les diverses autorités concernées telles que National Emergency Operations Command au Citadelle Mall, composées de la police, SMF, des pompiers, de la Red Cross, de la National Coast Guard, entre autres, sont à pied d’oeuvre. Selon le scénario, les ondes de tsunami ont été générées par un séisme de magnitude 9,0 et d’une profondeur de 10km, sur l’échelle de Richter sur la fosse Makran de l’océan Indien.

Ce matin dans l’île  les régions telles que Baie du Tombeau, Bois des Amourettes, Grand Baie et Providence ont été partiellement évacuées. Sept district councils et mairies ont participé à l’exercice. Pendant chaque heure, le NDRRMC a coordonné les activités sur le terrain tout en faisant un état de la situation sur tout notre territoire.

L’objectif de cet exercice : évaluer et améliorer l’Indian Ocean Tsunami Warning and Mitigation System et ainsi mettre tous les niveaux concernés en alerte en cas de tsunami.

« Deuxièmement nous avons un National Disaster Scheme pour Tsunami. Nous devons le tester pour améliorer ce scheme et sensibiliser les personnes habitant dans les endroits potentiellement à risque », a fait ressortir Khemraj Servansingh, Commandant de la Special Mobile Force.

Comme l’explique notre interlocuteur, ce protocole a été mis en place suite au tremblement de terre en Indonésie en 2004, faisant 250 000 victimes.