Le groupe Mauritius Commercial Bank (MCB) a enregistré pour l’exercice financier 2010-2011 des profits après-impôt record de Rs 4,5 milliards, soit une croissance de 32 % par rapport à sa performance de 2009-2010. Le précédent record remontait à 2008-2009 (Rs 4 milliards). La direction du groupe bancaire estime que le contexte général difficile qui prévaut actuellement aura des incidences sur ses activités et prévoit de ce fait que ses résultats pour l’année financière en cours seront au même niveau que ceux des années précédentes en excluant les items non récurrents, soit des profits autour de Rs 4 milliards.
La performance réalisée par le groupe en 2010-2011, indique la direction, démontre sa résilience dans un contexte économique délicat tant au niveau local qu’international. Les profits de Rs 4,5 milliards, fait-on ressortir, incluent des bénéfices liés à deux événements non-récurrents à savoir : l’accord à l’amiable conclu avec la Mauritius Union Assurance qui a permis au groupe bancaire de récupérer Rs 250 millions, et la cession d’un investissement qui a rapporté Rs 160 millions. Si l’on exclut ces items, la croissance des profits est de 14,3 % par rapport à 2009-2010, ce qui, soutient Pierre Guy Noël, le chief executive, est en ligne avec le positionnement stratégique du groupe.
Les performances du groupe dans différents secteurs d’activités en 2010-2011 sont jugées excellentes. Les revenus nets sous formes d’intérêts ont augmenté de 14 %, passant de Rs 5,1 milliards à Rs 5,9 milliards, cela en dépit d’un ralentissement des investissements privés sur le plan local et les pressions exercées sur les marges suite aux augmentations successives des minimum cash reserve ratios et les faibles bénéfices réalisés sur les bons du Trésor.
Boostés par le financement accru du commerce régional, les revenus provenant des frais et commissions ont augmenté de 11 % pour atteindre Rs 1,9 milliard. Par contre, annonce le groupe, la volatilité des marchés a eu un impact négatif sur les profits réalisés sur les opérations de change. Ceux-ci se sont élevés à Rs 1,04 milliard, soit un niveau légèrement inférieur à celui de 2009-2010 (Rs 1,05 milliard).
Pierre Guy Noël fait ressortir que la stratégie de diversification prônée par la MCB continue à porter ses fruits. Les activités à l’international représentent aujourd’hui plus de 40 % des revenus du Groupe, et ce même si les résultats de certaines filiales régionales et de la Banque Française Commerciale Océan Indien ont été affectés par des conditions défavorables propres aux différents pays où ces filiales sont implantées.
Le rapport de performance du groupe MCB démontre, par ailleurs, que les charges d’exploitation sont bien gérées : elles n’ont augmenté que de 8,3 % par rapport à 2009-2010, malgré une hausse des coûts liés au renforcement des ressources humaines, technologiques et infrastructurelles. La qualité des actifs s’est également améliorée avec une maîtrise du ratio des créances douteuses en pourcentage du portefeuille total des crédits.
Parlant des perspectives, la direction de la MCB est d’avis que le contexte économique restera délicat au cours de l’année financière 2011-2012. Les principaux pays développés, souligne-t-elle, font face à de grosses difficultés alors que la croissance de l’économie mauricienne devrait rester faible. Les perspectives au niveau régional sont toutefois plus encourageantes. « Looking ahead, the Group is aware that mounting pressures on the operating environment on the back of heightened global economic woes can exert exacerbated and lasting strains on market activity, especially considering inherent structural balances in the country », déclare Pierre Guy Noël. Cependant, le conseil d’administration est confiant que le groupe MCB dispose de fondamentaux solides pour pouvoir réaliser des bénéfices équivalents à ceux de l’année écoulée (items non-récurrents exclus), soit environ Rs 4,1 milliards.