La Banque de Maurice a réalisé des profits nets de Rs 258,4 millions pour l’année financière se terminant en juin 2011, un niveau bien plus élevé que celui de 2009/2010 (Rs 72,4 millions). La direction de la banque centrale attribue cette performance améliorée principalement à l’efficacité opérationnelle de l’institution, même si elle a eu à faire, dans le courant de l’année, des provisions plus importantes relatives à ses inventions sur le marché monétaire local ainsi que sur le marché des devises en vue d’éponger les excédents de liquidités.
Rendant publics en cette fin de semaine ses résultats financiers pour l’exercice écoulé, la BoM fait ressortir que conformément à l’article 11 (1) de la Bank of Mauritius Act de 2004, il appartient au conseil d’administration de la banque de déterminer le niveau des profits nets pour chaque année financière, et ce après avoir pris en compte toutes les dépenses courantes et fait des provisions comme il le juge nécessaire pour les créances douteuses (bad and doubtful debts), la dépréciation des actifs, les contributions aux « staff funds » et « superannuation funds » et autres engagements.
Le rapport financier indique que les revenus totaux en 2010/2011 se sont élevés à Rs 2,1 milliards contre Rs 1,9 milliard en 2009/2010. On note que la BoM a encaissé sous forme d’intérêts un montant de Rs 730,4 millions sur ses foreign assets contre Rs 866 millions l’année précédente. Les gains sur les transactions en devises ont augmenté substantiellement, passant de Rs 28 millions à Rs 103,6 millions. Au poste des dépenses, on remarque que la banque centrale a eu à décaisser pour ses « open market operations » un montant de Rs 247,9 millions sous forme d’intérêt sur les titres émis, qu’elle a prévu un montant de Rs 130,6 millions sous l’item « dépréciation/amortissement », contre Rs 114,4 millions en 2009/2010. Les dépenses totales ont été inférieures à celles de l’exercice précédent, permettant ainsi à la BoM de dégager des profits nets de Rs 1,2 milliard contre Rs 936,2 millions en 2009/2010.
Cependant, la BoM a eu à déduire de ses profits nets un montant de Rs 735,8 millions représentant les pertes sur réévaluation des devises et des droits de tirage spéciaux et à faire provision pour un transfert de Rs 179,2 millions au Special Reserve Fund conformément aux dispositions de la Bank of Mauritius Act. Ce qui ramène le niveau des profits à Rs 258,4 millions. La loi contraint également la direction de la banque à effectuer un transfert au General Reserve Fund (Rs 38,7 millions en 2010/2011), soit l’équivalent de 15 % des profits nets.
Après comptabilisation de toutes ces déductions, le montant des profits à être versé dans le Consolidated Fund se chiffre à Rs 219,6 millions par rapport à Rs 61,5 millions pour la précédente année financière.
Le rapport 2010/2011 indique, par ailleurs, que les actifs de la BoM tournaient autour de Rs 89 milliards à fin juin 2011 contre Rs 73,5 milliards à la même période de l’année précédente. Les actifs en devises ont augmenté, passant de Rs 69,1 milliards à Rs 80,9 milliards. Les dépôts totaux à la BoM ont crû également, atteignant Rs 32,6 milliards en juin dernier contre Rs 27,3 milliards en juin 2010. Les « Bank of Mauritius Securities » ont aussi fortement augmenté pour se situer à Rs 10,5 milliards.
On remarque, par ailleurs, que le montant total des « directors’remuneration » est passé de Rs 20,4 millions à Rs 22,3 millions. La rémunération du gouverneur s’est élevée à Rs 7,5 millions contre Rs 3,1 millions en 2010, alors que celle des deux adjoints au gouverneur s’est chiffrée à Rs 12,7 millions contre Rs 3,8 millions. On observe, toutefois, qu’aucun montant n’est inscrit sous l’item « salaries and allowances payable » en 2010/2011, alors qu’en 2009/2010, une somme de Rs 11,3 millions y figure.