Alors qu’il leur était interdit d’opérer dans le centre de Curepipe et que les longères leur servant de commerce ont été détruites en décembre 2013, les marchands de Piton Building auraient été « privilégiés » lors de l’exercice de relogement visant à transférer les marchands du Forum vers une foire temporaire, située sur l’aire de stationnement du bâtiment. Une situation que les maraîchers du Forum pointent du doigt, dénonçant les conditions « inhumaines » dans lesquels ils sont appelés à travailler.  
Une quinzaine de marchands ambulants opérant autrefois au Piton Building, dans le centre-ville, travaillent désormais sous la structure temporaire installée sur le parking du Forum. Depuis plus d’un mois, les maraîchers du bâtiment de Forest-Side ont été invités à travailler dans cette structure en attendant la reconstruction de l’édifice, aujourd’hui en décrépitude. Cependant, ces marchands, fort d’une vingtaine d’années d’expérience en ces lieux, déplorent la politique de « deux poids deux mesures » pratiquées par la municipalité de Curepipe. Car la présence des anciens marchands ambulants de Piton Building les prive non seulement des « meilleurs emplacements » sur le site, mais restreint également radicalement leur espace de travail. D’ailleurs, dès leurs premiers jours dans la foire temporaire, l’opacité autour de la distribution des étals a été, à de nombreuses reprises, dénoncé. « Il n’y a pas eu de tirage au sort. Lorsque nous avons été invités à y travailler, les marchands de Piton Building y étaient déjà. Nous avons dû nous contenter de ce qui restait », explique Nazir Abdoola, négociateur et détaillant d’une mercerie. Un nouvel élément d’information qui ravive l’irritation des marchands, qui peinent à joindre les deux bouts depuis leur relocalisation. Pour notre interlocuteur, « les maraîchers d’expérience ne peuvent être mis à l’écart d’un tel projet pour satisfaire une poignée de privilégiés ».
Il est rejoint dans ses propos par Nizam, maraîcher de plus d’une quinzaine d’années. Ce dernier déplore les jours de travail qui lui ont été imposés. « Nous sommes plus d’une vingtaine de marchands à souffrir de cette situation. Nous avons hérité des pires emplacements, sans compter que nous ne pouvons pas travailler les deux jours de foire (mercredi et samedi) », explique-t-il. Nizam soutient en effet avoir la permission de travailler uniquement le mercredi, et ce « alors que les marchands de Piton Building sont, eux, autorisés à travailler les deux jours de foire ».
Les marchands dénoncent dans la foulée le « statu quo » concernant leurs conditions de travail et sur la question du Forum en général. Et d’avertir que le bâtiment, en délabrement, est toujours accessible aux piétons et aux véhicules. Pour les deux hommes, Mario Bienvenu, le maire de la ville, est « l’unique responsable » de la situation. « Il a fait trop de promesses qui, à ce jour, n’ont pas été respectées. Pire : les places VIP ont été prises d’assaut par des marchands qui n’ont jamais opéré au Forum », martèlent nos interlocuteurs. Une rencontre est prévue mardi prochain entre les maraîchers et la municipalité.