La notion de patrimoine ou de trésor national, n’est pas forcément liée à un  pays ou à ses artistes. Ce sont les acquisitions des professionnels du marché de l’art, le rayonnement des oeuvres, leur influence dans l’histoire du pays qui peuvent s’avérer décisifs. Avec un budget d’acquisition de Rs 3M, le Musée Blue Penny veille sur les mouvements des oeuvres d’art. L’impression du récent livre-CD sur Tifrer, 25 aquarelles d’Alexander Thom et une vue de la rade de Port-Louis par le peintre bordelais Burgade, sont les biens culturels relevant du patrimoine artistique acquis par le Blue Penny et la MCB. Les oeuvres de Thom et Burgade, datant de 1838, période peu visible dans la peinture mauricienne, seront exposées du 4 septembre au 5 octobre 2013 au Blue Penny. Le public verra aussi (dans le cadre des 175 de la Mauritius Commercial Bank) l’exposition de tampons, machines anciennes et autres pratiques bancaires qui témoignent de l’évolution financière. Les biens culturels en mains privées sont l’initiative du conservateur Emmanuel Richon.