L’ambiance était festive samedi matin dans village de Montagne-Blanche. Il faut dire que l’événement n’était pas anodin. La cour du collège Holloway, sur la route principale de la localité, accueillait en effet l’expo-vente de nos prisons. Autre fait marquant : cette activité était, pour la toute première fois, ouverte au grand public. Ainsi, de 10h aux alentours de 13h, des centaines de personnes ont découvert, apprécié et acheté des produits, réalisés par les détenus de l’île ainsi que par les officiers, comprenant de l’artisanat, des peintures, broderies, vanneries, mais aussi du mobilier et de « bons petits plats ».
Jean Bruneau, actuel Commissaire des Prisons (CP), l’avait souhaité l’an dernier à pareille époque quand s’est tenue la 2e expo-vente des prisons : rendre l’événement accessible au grand public. Si cette expo-vente était dans un premier temps abritée dans les locaux de la prison de Beau-Bassin, cela comportait en effet un risque pour l’accès du public, les détenus étant également internés dans les lieux.
Or, en transférant l’expo-vente à Montagne-Blanche, les services de la prison ont fait d’une pierre deux coups : ouvrir l’événement au grand public, et, dans le même souffle, vulgariser les services de la prison auprès de la population. Les employés des services de la prison évoquent souvent le fait que « les gens ne pensent principalement que du mal de la prison », ajoutant : « Kan tane dir prison, gayn per ! ».
Aussi, afin de « démystifier cette image négative et amener les gens à se familiariser avec l’univers de la prison », soutient le CP Bruneau, l’expo-vente a été organisée cette année à Montagne-Blanche. Dans la même optique, les services de la prison souhaitaient aussi préparer l’ouverture prochaine de la prison de Melrose. « Nous savons que l’existence d’une telle institution dans n’importe quelle région de l’île peut soulever quelques interrogations. Aussi nous avons souhaité prendre les devants et aller vers la population locale afin d’offrir un visage humain à cette entreprise. »
Cette rencontre entre les officiers de la prison et les habitants de Melrose, Montagne-Blanche et les régions avoisinantes aura été un espace de partages et d’échanges. Sandhya, mère de famille, ainsi que sa fille, Vedita, étudiante de l’Université de Maurice (UoM), étaient parmi ceux à s’être déplacés samedi matin à l’expo-vente de la prison. « Nous avons l’habitude de venir au marché de Montagne-Blanche les samedis matins, explique la première au Mauricien. Kan nou finn tann dir ena sa expo-vente la, nou finn vinn fer enn letour… » L’étudiante en Management, elle, explique avoir été « très impressionnée » par la qualité du travail des détenus. « Ordinairement, on entend, par le biais des médias surtout, que du mal des détenus. Mais cette activité permet de se rendre compte que les prisonniers n’ont pas que de la négativité en eux. »
Roger, ancien fonctionnaire aujourd’hui retraité, est également venu « zett enn kou dey ». Il explique : « J’avais entendu parler des ateliers de formation au sein des prisons. Mais je n’avais jamais vu le résultat… Et c’est une très bonne surprise ! » Tout comme Roger, Sandhya et Vedita saluent « les efforts des services de la prison, qui offrent aux détenus – qui qu’ils soient et quels que soient les ‘erreurs’ qu’ils ont commises et leurs délits –, une deuxième chance dans la vie ». Comme le souligne si bien Yogesh, un jeune cadre en informatique qui habite la région et travaille dans la capitale, « tout le monde peut faire une erreur » dans la vie. « Souvent, nous jugeons les gens assez rapidement et sévèrement, parce qu’on ne prend pas le temps de comprendre ces personnes. Mais au fond, le plus important, c’est de réaliser ses erreurs et d’essayer de les réparer. »
L’expo-vente de la prison proposait toute une gamme de produits : des articles de broderies et d’artisanat – vannerie, corbeilles et autres -, du mobilier, des peintures et des légumes. Etait également prévu un coin restauration, mais aussi des animations et des jeux. Le stand qui est « traditionnellement pris d’assaut, dès l’ouverture de l’expo-vente », indique cet officier de la prison de Beau-Bassin, c’est celui de la menuiserie. « Ces produits, réalisés par les détenus, ont beaucoup la côte auprès des visiteurs ! » Et comme pour confirmer ses dires, à peine une heure après l’ouverture de l’expo-vente, le stand affichait quasiment… vide !
Autre point de ralliement de la journée : le coin alimentation. Le temps de déguster un « briani deg » classique, concocté par des « bandari » (chefs cuisiniers spécialisés dans ce plat spécifique) confirmés – qui ont troqué leur uniforme d’officier de prison le temps de l’expo-vente, ainsi que des pains fourrés, venus tout droit des boulangeries des prisons. L’espace du coin restauration ne désemplissait d’ailleurs pas. Idem pour les plats proposés.
« Nous avons été très bien accueillis, tant par les responsables du collège Holloway que par le Conseil de district », précise Jean Bruneau. « Nous leur sommes tous reconnaissants pour leur accueil et leur amitié. Grâce à tout ce beau monde, nous allons pouvoir avancer dans notre démarche de mieux faire connaître les services des prisons et valoriser le travail des détenus et des officiers. »
Rappelons que les produits exposés à Montagne-Blanche provenaient des différentes prisons de l’île ainsi que de la prison des femmes.