Les crises économiques, les menaces d’une rupture de la zone euro, les tensions dans le Moyen-Orient… Autant de problèmes qui pourraient avoir des effets néfastes sur l’économie mauricienne axée sur l’exportation. Enterprise Mauritius a présenté le Export Marketing Plan ayant pour but de consolider l’exportation vers les marchés traditionnels et d’établir sa diversification dans les marchés émergents en vue de se préparer aux défis en 2012.
« 2011 était une période relativement difficile… » a exprimé le ministre de l’Industrie et du Commerce Cader Sayed-Hossen. Malgré les difficultés économiques, l’exportation des export-oriented enterprises (EOE) en 2011 est estimée à un chiffre record dépassant Rs 43 Md et le taux de croissance dans le secteur manufacturier entre 5 à 6 %. Ce qui pourrait indiquer un regain de confiance des acheteurs dans les entreprises mauriciennes. Mais le climat économique instable a changé de manière considérable le taux d’exportation envers les marchés traditionnels.
« Nous avons montré de la résilience au niveau du commerce mais nous sommes toujours vulnérables. Nous avons enregistré un très faible taux de croissance en exportation vers l’Angleterre et la France. L’exportation vers l’Allemagne est en baisse : environ 6 % moins qu’en 2010, un très gros acheteur ne travaillant plus avec nous… Et changer d’acheteur prend du temps. L’Italie et l’Amérique ont les meilleurs taux et l’Afrique du Sud et le Madagascar représentent des marchés très intéressants », a souligné le ministre de l’Industrie et du Commerce.
Le textile, un des piliers de l’économie mauricienne, a représenté « le gros des export-oriented enterprises » avec un taux de croissance à plus de 10 % en 2011. Le seafood hub et le secteur des bijoux ont en revanche connu une baisse par rapport à 2010, respectivement de 1 et de 9 %. « Il y a eu un doublement de presque de 100 % dans le prix d’achat du thon et une augmentation massive dans le prix de l’or. Un des gros opérateurs de Maurice, qui travaillait avec l’or, s’est d’ailleurs refait une viginité dans la matière argent », a expliqué Cader Sayed-Hossen.
Selon Statistics Mauritius (ex-CSO), la situation économique serait stagnante en 2012. La croissance est prévue à 4 % comparé à 1,9 % dans les pays developpés. L’Export Marketing Plan d’Enterprise Mauritius consiste en neuf activités :
(i) La consolidation de l’exportation mauricienne vers les marchés traditionnels (l’Amérique, la France, l’Angleterre)
(ii) La diversification du marché en Europe
(iii) La diversification du marché dans les marchés nouveaux et émergents, telles la Russie et la Chine
(iv) L’intensification des efforts promotionnels dans les marchés de la Commission de l’océan Indien, principalement centrés sur Madagascar
(v) La diversification et intensification des marchés régionaux, où les efforts seront concentrés sur les pays de l’Afrique de l’Est tels la Tanzanie, l’Ouganda et le Kenya
(vi) L’organisation du Salon international de l’île Maurice, un trade event planétaire tenu en juillet et qui concerne notamment le commerce, la culture et l’industrie que le ministre Cader Sayed-Hossen souhaite qu’il en soit un événement annuel
(vii) Le développement des entreprises, plus particulièrement les PME, afin qu’elles puissent débuter en exportation
(viii) La promotion de l’exportation des services, en particulier le secteur de l’éducation tertiaire, du port franc et de l’informatique
(ix) Améliorer la visibilité de Maurice en tant qu’une source fiable pour des produits et services de qualité.
Un des objectifs de l’Export Marketing Plan d’Enterprise Mauritius est le développement des medical devices à Maurice. « C’est une demande pro-active qu’on espère developper à Maurice. C’est un secteur d’avenir. Il faudrait alors mettre en place une zone industrielle consacrée à la production de medical devices. C’est une de nos priorités en 2012. »
Il y a aussi la Mauritius Week à Bombay en février, qui servira de plateforme pour établir des contacts avec des entreprises dans le secteur du Light Engineering et concrétiser le concept Mauritius : Gateway to Africa. « Le monde entier reconnaît la renaissance de l’économie d’Afrique. Nous sommes à mi-chemin entre l’Afrique et le monde. Nous pouvons ainsi capitaliser sur cet atout en agissant en tant que passerelle. »
L’Export Marketing Plan a pour objectif de rendre le pays plus indépendant de celui de la zone euro. « C’est le marché le plus important pour nous, mais ce n’est plus le seul terrain de chasse… »