Maurice a introduit un “Freight Subsidy Scheme” pour les exportations vers l’Afrique, consistant en un remboursement à hauteur de 25% du coût du fret jusqu’à un montant maximal de USD 300 par conteneur de 20 pieds exporté par les entreprises mauriciennes vers certains pays africains, à l’exception de l’Afrique du Sud et de Madagascar, à partir du 1er juin.
Selon Enterprise Mauritius, cette mesure sera appliquée pour des exportations vers les ports suivants : Mombasa (Kenya), Dar es Salaam (Tanzanie), Beira (Mozambique) via Madagascar, Moroni (Comores) et Victoria (Seychelles). Elle indique également que seuls les exportateurs des produits fabriqués à Maurice et les opérateurs du port franc qui exportent des produits manufacturés localement sont éligibles à ce remboursement de 25% du coût du fret. Les catégories des produits éligibles pour cette subvention incluent ceux qui sont entièrement cultivés ou produits localement, ceux qui sont exportés sous un certificat d’origine de la Commission de l’océan Indien (COI), de la COMESA ou de la SADC, ainsi que d’autres produits manufacturés avec des matières premières importées à Maurice.
Dans son dernier bulletin, le CEO d’Enterprise Mauritius estime que cette mesure devrait booster les exportations des produits mauriciens vers le continent africain. « Nos produits deviendront plus compétitifs avec une baisse des coûts de débarquement aux ports africains », ajoute-t-il. De plus, indique-t-il, le gouvernement offrira une subvention de 50% sur le coût de la “Credit Guarantee Insurance” pour l’exportation vers l’Afrique. Ce qui devrait rassurer les entreprises souhaitant exporter vers des marchés qu’ils ne maîtrisent pas. M. Chamroo rappelle aussi la mise en place du Mauritius-Africa Fund, d’une valeur de Rs 500 M, sur une période de cinq ans, visant à investir dans des projets viables dans n’importe quel pays africain à hauteur de 10% du capital de l’entreprise.
Citant les dernières statistiques disponibles, M. Chamroo indique que les exportations mauriciennes ont été renforcées durant les quatre premiers mois de cette année, tout en espérant qu’elles s’amélioreront davantage durant les mois à venir. Selon lui, les exportations totales ont augmenté de 6% durant cette période, en comparaison avec la même période l’année dernière. Celles des entreprises à l’exportation ont crû de 5% pour la période de janvier à avril 2014, comparé à 2,1% durant la même période en 2013.
Selon M. Chamroo, ce sont les secteurs du textile, de la bijouterie et de la pêche qui se sont les mieux comportés durant cette période. Les marchés les plus performants restent les États-Unis (+29%), la France (+15,4%), la Belgique (+26,5%) et l’Italie (14,3%), tandis que les exportations vers le Royaume-Uni ont chuté de 16,4% et celles vers l’Afrique du Sud de 20,7%. « Les perspectives de croissance ne sont pas très bonnes dans la région. La dépréciation du rand sud-africain en est une cause, mais on note aussi des problèmes de logistiques, le manque de compétitivité de nos produits en est une troisième, entre autres », observe-t-il.