Le secteur du textile et de l’habillement de Maurice a démontré sa résilience en 2012 en dépit des turbulences économiques persistantes dans la zone euro et la conjoncture difficile prévalant dans d’autres marchés. C’est ce que relève Enterprise Mauritius dans son bulletin mensuel de décembre 2012. Par ailleurs, citant un communiqué de l’ambassade américaine à Madagascar, le site web AGOA.Info rapporte que la Grande île demeurera pour une nouvelle année encore hors de la liste des pays bénéficiaires de l’African Growth and Opportunity Act.
Selon Enterprise Mauritius, la valeur des exportations totales de produits textiles et d’habillement de Maurice s’est élevée pour les onze premiers mois de 2012 à Rs 23,6 milliards contre Rs 23,3 milliards pour la période correspondante de 2011. La répartition des exportations par produit indique que les recettes pour les chemises sont passées de Rs 5,3 milliards à Rs 5,7 milliards alors que pour les pantalons, les exportations sont passées de Rs 3,6 milliards à Rs 4,3 milliards. Par contre, une baisse dans la valeur des t-shirts exportés (de Rs 7,7 milliards à Rs 6,8 milliards) a été notée pendant la période en question.
Enterprise Mauritius annonce que sa vision Textile & Habillement a organisé dans le courant de 2012 la participation d’entreprises locales à 14 manifestations promotionnelles dont des foires internationales, des rencontres directes acheteurs/vendeurs, des missions de prospection pour acheteurs étrangers et ateliers de travail. « The outcome has generally been successful for most of our participants », souligne Enterprise Mauritius. L’agence de promotion des exportations présente une liste des activités de marketing du textile mauricien menées en 2012, relevant, entre autres, la participation mauricienne aux foires « Zoom by Fatex », « Texworld Paris », « Interstoff Fair » de Hong Kong, « Texworld New York » ainsi qu’à des missions commerciales en Afrique du Sud, en Inde, à Madagascar et à La Réunion.
L’une des entreprises ayant participé à la mission de prospection à New York, en l’occurrence Corona Clothing (HK) Co. Ltd, fait l’objet d’un reportage dans le bulletin de décembre du Board of Investment (BOI). Créée en 1972 et spécialisée dans la production de vêtements d’homme haut de gamme, Corona Clothing est un fournisseur de marques mondialement connues telles que Cerutti et Hugo Boss.
Rachetée par Wing Tai Properties en 2006, l’entreprise, indique le BOI, a élargi sa clientèle qui comprend désormais de grandes marques britanniques tels Savile Row Tailors, Chester Barrie, Ede & Ravenscroft, Gieves & Hawkes, Hackett, Richard James, Turnbull & Asser, Aquascutum, Austin Reed et Harrods. « La présence de Wing Tai Holdings à Maurice est la preuve que les investisseurs étrangers font confiance à la qualité et la fiabilité de la main-d’oeuvre mauricienne », souligne le BOI. Corona Clothing a augmenté sa capacité de production et sa main-d’oeuvre. Elle exporte environ 85 % de sa production au Royaume-Uni, le reste étant écoulé sur d’autres marchés européens ainsi qu’aux États-Unis.
Par ailleurs, les autorités américaines ont indiqué qu’elles ne comptent pas rétablir les privilèges commerciaux offerts par l’AGOA dans le cas de Madagascar. Faisant état d’un communiqué émis par l’ambassade américaine, l’agence AGOA-Info indique que les Américains ont évoqué les problèmes de droits de l’homme et l’échec des autorités malgaches dans la restauration de la démocratie comme raisons de prolongement de l’exclusion de la Grande île de la liste de pays bénéficiaires de l’AGOA. Madagascar est exclue du programme de l’AGOA depuis 2009 quand le président d’alors, Marc Ravalomanana, fut renversé par Andry Rajoelina. Plusieurs entreprises textiles mauriciennes opèrent dans la Grande île où le coût de la main-d’oeuvre est plus faible qu’à Maurice.
« We continue to be alarmed by the current regime’s lack of respect for some of the most universally accepted principles, » a déclaré Eric Wong, chargé d’affaires à l’ambassade américaine, rapporté par AGOA.Info.
« Madagascar’s continued failure to restore democracy, uphold internationally recognised human rights treaties, and to address serious violations of the rule of law has resulted in President Barack Obama’s decision not to restore the country’s eligibility for benefits under the Africa Growth and Opportunity Act (AGOA) for 2013 », précise le communiqué de l’ambassade américaine.
Notons, par ailleurs, que deux autres pays africains, le Mali et la Guinée-Bissau, ne sont plus éligibles aux dispositions commerciales avantageuses de l’AGOA. Ces pays ont subi des coups d’État en 2012. En revanche, le Sud-Soudan a été confirmé comme nouveau pays bénéficiaire de l’AGOA.