Jean-Marie Chelin a proposé le 6 juillet dernier à l’UoM un survol de l’histoire des expéditions de commerce et de courses qui ont animé l’ancienne Isle de France. Sa passion pour les archives et la littérature maritimes l’ont en effet amené à rassembler une impressionnante quantité de livres et documents qui renseignent autant sur les faits historiques que sur les pratiques et moeurs en vigueur dans les ports mascarins et sur les bâteaux qui y faisaient escale. Son exposé Par delà les flots, l’histoire maritime nous renseigne de multiples manières sur notre pays. Ainsi permet-il par exemple de rappeler que le patronyme Baie du Tombeau doit son origine au tombeau en pierre de l’épouse d’un général hollandais que des Français auraient découvert au cours d’une partie de chasse.
Faisant référence tour à tour à des auteurs tels que Jean-Pierre Brown, Bernardin de Saint-Pierre ou encore Daniel Vaxelaire, ainsi qu’à des documents qu’il a lui-même trouvé dans les archives mauriciennes, Jean-Marie Chelin a témoigné dans cet exposé à la fois des expéditions qui ont marqué l’histoire du pays telles que celle qui a amené la prise de possession de l’île par les Français en septembre 1714, que des moeurs en vigueur sur les lignes maritimes. Il évoque par exemple les pratiques médicales de la fin du XVIIIe siècle grâce à un document qui décrit minutieusement le contenu du coffre à médicaments à embarquer, avec la mention des modes d’administration, posologies et indications de cette pharmacopée. Si ce document renseigne sur les pratiques médicales de l’époque, il permet aussi de s’informer sur les pathologies qui sévissaient alors sur les navires au long cours.
Il détaille également le premier arrêt du Conseil d’État du Roi qui en 1786 a réglementé l’activité postale entre la France, les États-Unis et les Mascareignes par voie maritime. L’histoire maritime renseigne abondamment sur les cargaisons humaines et l’ignoble commerce dont elles étaient l’objet à des fins d’esclavage. Elle informe enfin sur les expéditions destinées à l’exploration de nouveaux territoires que la France a organisé au départ de l’Isle de France à l’instar du Marion Dufresne en Tasmanie pour ne prendre que cet exemple.