Mat vient avec une bombe. Et même plusieurs, pour peindre en couleurs et avec un certain humour ces contradictions qui composent le paysage social mauricien. Ses graffitis sur toile ont été peints pour faire rire ou mettre en colère. Le genre relève de la provoc’ : tant mieux si cela aide à la prise de conscience. Déterminé à vouloir mettre un peu d’ordre dans le grand foutoir de contradictions qui gère nos vies, il tacle le conformisme avec finesse.
Mat amène ses graffitis au Château Labourdonnais. C’est là qu’il s’exposera du 3 au 7 juin. Nous sommes allés à la rencontre de ce vengeur masqué plutôt culotté.
Deux misie-la en uniforme encadrent un citoyen forcément figir sal car le vilain est suspecté d’avoir jeté un mégot par terre. Il a G-T; il est donc Ta-C. Sur le territoire du super-ministre de l’Environnement qui se balade à sa guise en hélico, ce geste ne peut qu’être sacrilège. Selon la démesure du péché, une pâle copie de Sherlock arborant l’inscription “CID” sur la chemise passe l’objet du crime à la loupe, sous l’oeil vigilant d’un pote du MCIT. Élémentaire, mon Cher Watson : le coupable est dans de beaux draps. Un bon-bate, une amende ou un séjour andan s’il n’a pas de quoi payer devrait faire passer l’envie à l’affreux pollueur de récidiver.