Après 20 ans, le photographe parisien Pascal Reverdy revient à Maurice pour une exposition montrant l’océan Indien dans une technique qui comprend un mélange de photos et de peinture. « Rêve des îles » est l’intitulé de cette exposition dont le vernissage a lieu ce mardi à La Kaz ‘Bouteil’, à Pointe-aux-Canonniers. Elle est ouverte au public mercredi et jeudi.
Portraits, nus, cases créoles et paysages des îles de l’océan Indien… Pascal Reverdy présente 80 images sur trois différents formats durant ces trois jours. Le but : renouer avec l’île Maurice qu’il a connue il y a 20 ans et revue il y a sept ans, et montrer son travail à ses amis et à de potentiels clients.
Passionné de photographie, Pascal Reverdy voyage pour la première fois à l’âge de 17 ans pour découvrir la vie et le paysage polynésien. Développant un intérêt pour les îles, il n’a depuis cessé de découvrir celles des Caraïbes, des Antilles ou de l’océan Indien, surtout Maurice, les Seychelles, La Réunion et Madagascar. À Maurice, ce sont les paysages et quelques vieilles « cases » qui l’intéressent. « Il y a encore des endroits authentiques, et en tant que photographe, j’essaie de les immortaliser. » À Madagascar, il a surtout travaillé les nus. « J’ai développé ce thème car je me suis inspiré des peintures de Gauguin », dit-il. À La Réunion, il s’est  surtout penché sur les cases créoles.
Formé à la photographie classique, Pascal Reverdy cherche à se démarquer des autres photographes et développe une technique en mélangeant la peinture à la photographie. Passant de l’argentique au numérique, il cherche dans un premier temps à déstructurer la photo en gommant son côté net pour ne faire apparaître que le côté pictural qu’il utilise comme base à son travail, explique-t-il. « On joue avec le numérique et il s’agit de trouver le juste milieu entre la photo et l’application de la couleur manuellement. Il ne faut pas qu’il y ait saturation de couleurs. Il faut donner des tons naturels aux images. » Après l’impression de la photo déstructurée, il travaille l’image à la peinture. Pascal Reverdy tente de retranscrire la réalité. « Comme tout artiste, je m’inspire et je mémorise ce que je vois pour essayer de le retranscrire en studio », dit-il. « J’applique l’encre à l’aérographe et j’utilise une éponge pour étaler ou imbiber le surplus. Cela donne des effets sympas. On a une impression d’une aquarelle », poursuit-il. L’artiste scanne la nouvelle image avant de l’imprimer. Pascal Reverdy note qu’il faut compter environ trois à quatre jours techniquement pour la réalisation d’une image.
« Je me considère comme un alchimiste de la photo, que je travaille autrement », affirme-t-il. S’il a travaillé pendant deux ans sur cette exposition, il a utilisé des photos qui, pour certaines, ont été prises il y a une dizaine d’années. M. Réverdy précise que les travaux ne sont pas en vente. L’exposition est ouverte ce mercredi et ce jeudi de 10 heures à 12h30 et de 14h à 18h. L’artiste demeure sur place pour tout échange souhaité par le visiteur.