Yasmin Jahan présente une exposition vidéo à partir de ce soir et jusqu’au 17 août à la galerie IBL, Port-Louis. Cette artiste du Bangladesh a obtenu un financement du Commonwealth pour une résidence internationale. Ayant rencontré le responsable de pARTage en visite en Inde, elle a choisi Maurice où elle s’est immergée depuis six mois. Explorant son ressenti et le tissu social du pays, elle a créé des vidéos d’art.
« The long way home » est le titre de l’exposition vidéo que Yasmin Jahan présente à la galerie IBL à Port-Louis. Composée de cinq vidéos qu’elle a imaginées et tournées à Maurice au cours des six derniers mois de son séjour, cette exposition présente aussi une réalisation dans laquelle des fils rouges ou noirs tracent différentes cartes de Maurice, la première carte arabe, puis des cartes hollandaise, française et anglaise. S’ils délimitent les contours de ces cartes accrochées au mur, ces fils les relient surtout à ceux qui les regardent, figeant ainsi le parcours que chacun a pu faire pour rejoindre ce pays et le représenter.
En pleine préparation de son exposition, Yasmin Jahan nous a expliqué en deux mots le contenu ses vidéos. Liées à ses impressions personnelles, deux d’entre elles abordent les questions identitaires, en jouant sur les propriétés réfléchissantes de l’eau et des miroirs. Puis l’artiste se dévoile, d’abord en train de nager dans l’océan puis, en dehors de l’eau révélant ainsi plusieurs facettes d’un même personnage dans des situations décalées.
Partout où elle travaille, Yasmin Jahan explore les valeurs sociales des pays, allant à la rencontre des plus démunis. Elle s’est ainsi très naturellement orientée vers les ouvriers bangladeshis du secteur textile, qu’elle a interviewés sur leur condition de vie à Maurice et sur ce qui les a amené ici. Aussi a-t-elle mis en parallèle la condition de ces travailleurs sous contrat, avec les travailleurs engagés qui sont venus à Maurice à partir du XIXè siècle. Le contexte, le type d’industrie et de société ont certes changé, mais elle a retrouvé des problématiques et des caractéristiques communes. Encore se demande-t-elle dans sa cinquième vidéo comment un contrat de travail de l’époque de l’engagisme peut déterminer l’identité d’une personne…
Yasmin Jahan va également présenter deux performances au cours du vernissage de l’exposition. À 32 ans, elle est membre du Britto Art Trust depuis 2008. Elle a étudié les beaux arts pendant cinq ans à l’université de Chittagong, au Bangladesh, et participé à de nombreuses expositions collectives dans son pays. Elle a aussi participé au quatrième festival de vidéo du Caire en 2010 et a réalisé une autre résidence en Corée.