Les Mixtisques, le groupe musical de la Terre Rouge State Secondary School

Les Mixtisques, le groupe musical de la Terre Rouge State Secondary School (TRSSS), a réalisé un morceau pour sensibiliser contre le fléau de la corruption. Participants malheureux à l’Anti-Corruption Innovative Project Competition 2019, les garçons ont persévéré jusqu’à la réalisation d’un CD pour concrétiser leur projet. Enregistré au studio R.O.W de The Prophecy, qui leur a apporté ses précieux conseils, le titre compte également un clip, réalisé par Big Boudha Cinematic Pictures. Ils ont bénéficié du soutien de l’Independant Commission against Corruption (ICAC) et du ministère de l’Education, ainsi que de l’administration du collège, entre autres.

La rectrice du TRSSS, Yogeshwaree Appadoo, ne cache pas être émue. Et pour cause : la concrétisation de ce projet est une fierté pour tout le collège. « Vous n’êtes pas des lauréats académiques, mais vous êtes des lauréats artistiques pour la vie », lance-t-elle à ses garçons. Ceux-ci ont bravé la déception d’un échec au concours national contre la corruption organisé par l’ICAC pour poursuivre leur chemin et atteindre leur but : sensibiliser par la musique. Il faut dire que la commission n’a pas hésité à apporter son soutien – également financier – devant une telle détermination.

Les Mixtisques, le groupe musical de la Terre Rouge State Secondary School

Sashant Jeddedu, Mitch Constance, Adrien Galore, Ezechiel Emile et Bhavnish Ghowry, qui composent le groupe musical de la TRSSS, sont aujourd’hui une inspiration pour les plus jeunes du collège. D’emblée, ils tiennent à saluer les efforts de leur ancien recteur, Sanjay Jagessur, qui a tout mis en œuvre pour que la TRSSS puisse avoir son groupe de musique. « Il a fait les démarches nécessaires pour avoir les instruments, s’est arrangé pour que nous ayons le temps nécessaire pour répéter et, lorsqu’il y avait un petit incident avec un des instruments, il allait le faire réparer et le ramenait aussitôt… »

Yogeshwaree Appadoo, en poste depuis l’année dernière, a poursuivi sur cette même lancée. Elle a soutenu la démarche des élèves de réaliser un morceau pour sensibiliser sur la corruption. Ceux-ci étaient encadrés de leur enseignant, Indrajeet Kumar Seetul, Integrity Club Facilitator, qui a également aidé à l’écriture du texte en kreol. Les garçons, qui ont complété leur dernière année de collège entre-temps, poursuivent leur aventure musicale sous le nom des Mixtisques. « C’est un mot latin qui résume notre passion pour la musique. Auparavant, nous avions appris à jouer d’un instrument chacun de notre côté. Ensuite, au collège, nous avons pris l’habitude de jouer ensemble pour la fête de la musique. C’est ainsi que l’idée de monter un groupe a émergé. Nous avons eu le soutien de notre ancien recteur pour cela. »

Composer et interpréter un titre pour l’Anti-Corruption Innovative Project Competition 2019 était un autre défi que les jeunes tenaient à relever. Malheureusement, ils n’ont pu s’imposer à cette compétition. Mais ils n’ont pas baissé les bras pour autant. « Enregistrer ce titre était une belle expérience. Cela n’a pas été facile de mettre les idées ensemble. M. Seetul nous a beaucoup aidés. Ensuite, il fallait enregistrer en studio, ce qui était complètement différent de ce qu’on fait d’habitude. »

Cerise sur le gâteau pour les jeunes hommes, ils ont enregistré au studio R.O.W de The Prophecy. Murvin Clélie n’a pas hésité à encadrer le groupe. « C’était impressionnant pour nous de nous retrouver en studio, d’une part, et de travailler avec The Prophecy d’autre part. Mais nous avons dû rester professionnels. On n’était pas là comme fans, mais pour travailler. Murvin et Olivier nous ont bien aidés. Ils ont même mis leurs instruments à notre disposition car les nôtres n’étaient pas adaptés pour l’enregistrement. »

Une fois le CD lancé, les Mixtisques poursuivent leur aventure musicale hors du collège. « Nous avons six années d’amitié et nous partageons la même passion. Nous voulons poursuivre cette aventure. On peut nous suivre sur notre chaîne YouTube ou notre page Instagram. » Les jeunes sont d’avis que les collèges doivent donner l’opportunité à leurs étudiants d’apprendre à faire de la musique. « La musique est quelque chose d’extraordinaire. Cela aide à déstresser, à faire passer des messages… »

Derrière la réalisation de ce titre, il y a également la contribution d’Indrajeet Kumar Seetul, qui a accompagné le groupe dans sa démarche. Il a également écrit les paroles de la chanson. Il explique : « Le but de cette chanson est de lancer un message clair pour combattre la corruption et ainsi sensibiliser à ce sujet. Même si les garçons n’ont pas remporté le concours, ils étaient déterminés à aller de l’avant. Ils ont eu le soutien du collège, de l’ICAC et du ministère de l’Education, entre autres. »

Il ajoute que l’éducation ne se limite pas à l’aspect académique. « Il faut aussi aider les jeunes à devenir des citoyens intègres et responsables. C’est cela l’objectif de l’Integrity Club. » Ce projet, lancé par l’ICAC en 2008, compte 122 clubs à Maurice et à Rodrigues. L’objectif était de sensibiliser les jeunes sur les dangers de la corruption. Cela se fait en trois étapes : “empowerment”, “engagement” et “taking ownership”, selon la définition de l’ICAC.

Pour ce lancement, 110 CD ont été réalisés. Ils seront distribués aux collèges et différentes branches de l’éducation. Le collège compte faire 200 autres copies, toujours pour la distribution. Grâce au clip réalisé par Big Boudha Cinematic Pictures, une campagne sera aussi menée sur Internet.