Les mandats d’arrêt émis contre la patronne d’Airway Coffee Nandanee Soornack ont été étendus à ce vendredi, dans l’attente du verdict final de la magistrate Adila Hamuth. Et ce, après que l’État n’a pas obtenu gain de cause dans son appel en Italie concernant l’extradition de Nandanee Soornack. Pour la prochaine séance, le Parquet a demandé qu’un représentant de l’Attorney General soit présent pour éclairer la cour sur la position de l’État dans cette affaire.
Le bureau du DPP devait indiquer sa position hier lors de l’appel de l’affaire concernant les mandats d’arrêt en vigueur contre Nandanee Soornack. Toutefois, Me Keshri Soochit, du State Law Office, devait soutenir qu’il incombe à un représentant de l’Attorney General d’indiquer la position de l’État à la cour. La magistrate Adila Hamuth devait alors déclarer qu’elle avait cru comprendre que le bureau du DPP et celle de l’AG ne faisaient qu’un. Me Keshri Soochit a tenu à préciser que ces deux institutions sont toujours séparées.
Par ailleurs, le Parquet a indiqué avoir pris connaissance d’une correspondance entre le professeur Andrea Saccucci, juriste italien qui a représenté la partie mauricienne lors de l’appel, et le bureau de l’Attorney General. Dans ce document, le jugement de la Cour de cassation en Italie est passé en revue. Il en ressort que l’instance a statué que sa décision est finale et qu’aucun appel n’est possible. Il est aussi mentionné qu’il n’existe pas de traité d’extradition entre Maurice et l’Italie, le 1873 Extradition Treaty n’étant pas mentionné dans l’official Treaty List publié par le ministère de la justice italienne.
Après ce jugement de la cour de Cassation, Me Yatin Varma, avocat de Nandanee Soornack, a logé une motion contestant l’extension des mandats d’arrêt et réclamant l’abandon des charges provisoires.  Le Chef Inspecteur Goinden du CCID, qui a été appelé à la barre, a insisté sur l’extension des mandats d’arrêt, soutenant que Nandanee Soornack fait toujours office de suspecte dans l’enquête menée à Maurice, recherchée pour répondre de plusieurs affaires criminelles. Le policier est d’avis que les mandats d’arrêt faciliteront l’émission d’un Red Notice d’Interpol. Me Yatin Varma a rappelé que cela fait plus de deux ans que l’enquête a été enclenchée.
Nandanee Soornack ferait l’objet de sept charges provisoires à Maurice, et le CI Goinden a indiqué en cour que le DPP n’a pas encore fait part de son avis en vue des poursuites formelles contre la femme d’affaires. La magistrate Adila Hamuth a étendu les mandats d’arrêt au vendredi 7 avril, date à laquelle elle prononcera son ruling.