Du fait de la suspension de la cotation des titres de Le Merrit Holdings Ltd à la Bourse de Maurice la semaine dernière, un nouveau développement majeur est intervenu. Cette société, engagée dans l’immobilier de haut niveau avec la construction de tours résidentielles, susceptibles de modifier le “skyline” de Trianon, a en effet été placée sous administration judiciaire au terme des dispositions de l’Insolvency Act depuis la fin de la semaine.
La nomination de deux Joint Administrators, Yacoob Ramtoola et Georges Chung Ming Kan, du bureau d’études BDO, vient confirmer que les tentatives des promoteurs de ce projet immobilier en vue d’injecter de capitaux frais pour poursuivre et terminer les travaux n’ont pas abouti. Dans un premier temps, il était question que les contracteurs chinois, exécutant les travaux sur le chantier, allaient prendre le relais du financement de ce projet, estimé à Rs 3,3 milliards. Les administrateurs ont déjà entamé les premières démarches en vue de dresser un bilan de la situation et de prendre les mesures qui s’imposent.
Le premier constat est que cette région de Trianon est en passe de devenir un « cimetière d’immeubles immobiliers non terminés ». Car après Centre-Point sur la Nationale, les tours résidentielles de Le Merrit Holdings viennent en effet s’ajouter aux “eyesores”. Le second facteur inquiétant est la répercussion de la faillite de cette société immobilière sur le secteur bancaire, et plus particulièrement l’évolution des “Non-Performing Loans”, confirmant également les inquiétudes de la Banque de Maurice au sujet des risques potentiels avec la bulle immobilière.
Entre-temps, dès la semaine dernière, la Bourse de Maurice a pris la décision de suspendre la cotation des titres de Le Merrit Holdings Ltd. Avec la nomination des administrateurs, la Bourse maintient sa décision jusqu’à nouvel ordre. La raison évoquée initialement fait suite à des « insufficient information on the initiatives undertaken by LMH to enable investors to make informed investment décision ».
Jusqu’ici, le Meritt Holdings Lts avait mis l’accent sur des négociations en cours pour assurer le financement du projet jusqu’à la conclusion des travaux. Dans un communiqué émis le 8 avril, la garantie était donnée en vue d’« accelerate construction works on-site with an agreement with the Beijing Construction Engineering Group whereby the latter has secured financing of USD 30 million through China Export and Credit Insurance Corporation to complete the construction of Le Meritt ELIPSIS apartment complex ». Un nouveau directeur de projet, en la personne de David Boyce, avait été recruté.
La Bourse de Maurice a jugé « pertinente » la suspension de la cotation des titres de Le Meritt Holdings Ltd car, le 12 mai 2014, au lieu de présenter un bilan trimestriel détaillé sur son état financier, cette société n’a eu recours qu’à un « abridged financial statement ». Malgré les nombreuses réunions tenues avec la direction de LMH, « the company repeatedly failed to provide the market with appropriate information as requested by SEM », note l’autorité régulatrice des marchés.
La Stock Exchange of Mauritius s’appesantit sur le fait que « according to LMH’s financial statement, the revenue of the property developer decreased by 5,3% to Rs 137,69 million for the three months from January to March 2014 while its profit before tax amounted to Rs 1,07 million for the similar period, representing a decrease of 97,9% compared to the corresponding period of 2013 ».