A priori, cette fédération aurait dû être excluse de cette liste. Mais les performances des nageurs durant toute la saison 2011 ont sauvé la Fédération mauricienne de Natation (FMN) d’une chute aussi attendue que probable dans l’estime tant du public mauricien que dans celui du mouvement sportif. D’un rien, la FMN, sous la présidence de Doreen Tiborcz, a retrouvé, ce qu’on appelle ses vieux démons. Ces démons qui ont caractérisé cette discipline durant les années 90 et 2000 à savoir les conflits et les fins de mandats avant même la date butoir.
Mais cette fois, la FMN est descendue à un tel niveau que les frasques, les décisions incongrues  à l’encontre de deux nageuses, les amours et les désamours  pour terminer avec la guerre personnelle contre le ministère de la Jeunesse et des Sports de la présidente de la FMN ont relégué au second plan la brillante prestation de nos nageurs. Ces derniers, sous la direction du Directeur Technique (DTN), Philippe Pascal, se sont illustrés dans deux compétitions majeures durant la saison 2010. D’abord au début de l’année, l’équipe de Maurice a fait table rase lors des Championnats d’Afrique des zones 3 et 4. Plus de 31 médailles d’or étaient tombées dans l’escarcelle mauricienne et qui avaient certainement donné un boost-up aux nageurs en vue des Jeux des Iles.
La confirmation tant attendue est venue effectivement des Seychelles avec huit médailles d’or qui ont été récoltées par les Mauriciens, à l’instar des Oliva de Maroussem, Darren Chan Chin Wah, Emmanuel Froget, Heather Arseth, Elodie Poo Cheong et Stéphan Ah-Quah. Sur le plan des résultats, rien à dire, la performance a été au rendez-vous, même le niveau de cette discipline à Maurice, même si des efforts sont encore à faire pour arriver au niveau des meilleurs en Afrique.
Mais l’espoir d’une natation mauricienne plus performante sur la scène africaine s’est quelque peut envolé à l’issue des JIOI après une administration qui a foutu le camp à la vitesse grand V. Déjà depuis le début de la saison 2011, les choses se sont envenimées au sein de cette discipline avec l’entêtement de l’ex-présidente d’user de son pouvoir pour empêcher, à n’importe quel prix, les deux nageuses mauriciennes d’origine Américaines d’intégrer la sélection des JIOI. On se souvient encore de l’humiliation faite à Stéphanie Ah-Quah, qui a dû passer par un «time trial» pour gagner sa place alors que Doreen Tiborcz est même allée jusqu’à se servir d’un «casting vote» pour tenter de priver Heather Arseth d’une licence. Heureusement que les vils desseins de Doreen Tiborcz n’ont pas marché.
Néanmoins ses agissements n’ont pas été sans conséquence, puisque 5 membres de son exécutif claquent la porte. Aujourd’hui, la FMN est devenue une fédération moribonde avec encore une fois la mise en place d’un Caretaker Committee qui est contesté par la FINA et le Comité Olympique Mauricien. Les choses aujourd’hui sont telles que nous ne sommes pas loin de la cacophonie en raison de l’égo beaucoup trop gros  d’une seule personne.