Dans une lettre au Premier ministre, le parti Lalit, sous la signature de Rajni Lallah, s’élève contre la participation d’un régiment des forces françaises en zone sud de l’océan Indien (FAZSOI) le lundi 12 mars au Champ-de-Mars lors de notre Fête nationale. Annoncée en primeur dans Le Mauricien le samedi 25 février, cette information a été confirmée hier par le ministre des Arts et de la Culture Mookhesswur Choonee lors d’une conférence de presse (voir page ci-contre).
« Nous vous demandons de renverser immédiatement cette décision d’accueillir un défilé d’une force coloniale de la région à une célébration de l’indépendance. C’est grotesque ! » écrit Lalit sous la plume de Rajni Lallah.
Celle-ci poursuit : « Nous demandons non seulement que le personnel militaire de tous les pays sachent qu’ils ne sont spécifiquement pas les bienvenus à Maurice, mais que les forces militaires coloniales, comme celles des autres forces militaires impérialistes, soient déclarées hors la loi dans notre pays. Quant à un régiment des forces coloniales qui défilerait durant la Fête de l’Indépendance ou la Fête de la République, nous pensons que c’est totalement inacceptable ».
La participation des forces françaises aux célébrations du lundi 12 mars a été rendue possible dans le cadre des échanges entre la police mauricienne et les FAZSOI. Ces dernières sont les unités de l’Armée française stationnées à La Réunion et à Mayotte. Leur poste de commandement est basé à la caserne Lambert de Saint-Denis à l’île de La Réunion. Le Mauricien du samedi 25 avait également annoncé que le programme officiel de la Fête nationale a été approuvé la semaine d’avant par le conseil des ministres.