Avec la pandémie du Covid-19 frappant aux portes de Maurice et toutes les églises et lieux de culte fermés par obligation de veille sanitaire, l’évêque de Port-Louis, le cardinal Maurice Piat, transmet un message aux Mauriciens. Conscient du danger que représente le coronavirus, le cardinal Piat fait appel à la solidarité en soulignant que « nous sommes tous vulnérables et ce qui est libérant, c’est de s’entraider à assumer cette vulnérabilité et à rester dans la confiance ». Ci-dessous l’intégralité du message de l’évêque de Port-Louis.

Chers frères et sœurs,
Notre pays a été atteint par l’épidémie de coronavirus et la population est en danger. Dans cette situation, je vous encourage à suivre toutes les consignes qui vous seront données en temps voulu par les autorités de l’État comme par le diocèse en ce qui concerne les cérémonies religieuses et autres activités dans l’église. Mais au-delà des consignes à suivre, il est bon aussi de réfléchir aux attitudes à adopter en ce temps de crise. Je vous en recommande quelques-unes qui nous viennent de l’Évangile lui-même.
a) Résistez à la panique, gardez votre calme. La panique et la peur ne viennent pas de Dieu ; quand on panique on ne peut plus réfléchir comme il faut et on peut prendre de mauvaises décisions. Ce que Dieu nous inspire, c’est plutôt le calme et l’espérance. Au cœur d’une tempête sur le lac de Galilée, alors que les apôtres dans leur barque étaient affolés, Jésus se fait proche d’eux et leur dit : « confiance, je suis là, n’ayez pas peur ! ».

Cherchons à entendre cet appel au calme qui nous vient de Jésus au cœur de notre « cyclone ». Restez calme veut dire concrètement respecter les consignes qui nous sont données, prendre toutes les précautions nécessaires et faire confiance pour le reste. Nous sommes tous vulnérables. Ce qui est libérant, c’est de s’entraider à assumer cette vulnérabilité et à rester dans la confiance.

b) Durant cette étape de mobilisation contre l’épidémie, où grandes sont les tentations de repli sur soi et de suspicion, nous sommes aussi invités à ouvrir notre cœur aux autres et à prier pour eux. Prions pour les personnes âgées et les malades qui sont les plus vulnérables ; prions pour les médecins et le personnel de santé qui seront mis à dure épreuve ; prions pour ceux et celles dont la situation économique est déjà affectée par l’épidémie ; prions enfin pour ceux qui vivent dans des conditions éprouvantes de misère ou de solitude. Gardons un cœur ouvert, « en sortie » qui se soucie de tous ceux et celles qui sont dans la peine.

c) Enfin que cette prière débouche aussi sur une solidarité en actes, même si nos occasions de contacts directs risquent d’être de plus en plus limitées. Dans cette situation où nous risquons bientôt d’être isolés les uns des autres, soyons inventifs et cherchons les moyens de manifester notre proximité aux autres, même à distance. Les moyens de communication modernes peuvent être mis à bon usage pour rester présent les uns aux autres, nous soutenir et nous encourager mutuellement. Toute autre forme d’entraide qui pourrait être organisée tout en respectant les consignes sera bienvenue.

Chers frères et sœurs, faisons confiance au Seigneur, qui sait faire émerger beaucoup de bien d’une situation de crise si nous nous mettons à son écoute. Mettons-nous sous la protection de la Vierge Marie qui, comme une maman, reste attentive aux besoins de ses enfants. Elle saura nous initier à faire confiance, comme elle, à s’ouvrir aux autres comme elle et à servir comme elle.

Votre évêque et votre frère
Cardinal Maurice E. Piat