Les directives données à l’Independent Broadcasting Authority (IBA) pour interdire les émissions des radios privées avec la participation du public, alors que cette même IBA est « aveugle dans le cas de la MBC, l’outil de propagande du gouvernement », les nouvelles injonctions de la police quant à l’interdiction de mettre des drapeaux sur les voitures, de faire du porte-à-porte après 19 h 00 et d’utiliser des hauts-parleurs pour annoncer les meetings : ce sont autant de faits mis en avant par sir Anerood Jugnauth, hier, pour dénoncer ce qu’il a appelé les « tendances fascistes du Premier ministre ».
Sir Anerood Jugnauth a estimé que la population, consciente de ces « méthodes fascistes » et des tentatives de bâillonner la campagne de l’opposition, n’en saura pas moins la vérité sur ce qui se passe dans le pays. Elle a d’ailleurs, ajoute-t-il, déjà pris la décision de voter pour le changement dans les municipalités, et de nettoyer celles-ci, dimanche prochain. SAJ a dit n’entretenir aucun doute sur le fait que le Remake remportera les cinq villes.
« Zot peur Remake, samem zot pé fer tout pou casse Remake, mais moi mo confiant ki Remake solide », a déclaré sir Anerood Jugnauth, qui a annoncé une victoire aux municipales et que cela signifiera « la fin de règne de l’alliance PTr/PMSD ». Les électeurs, a-t-il dit, ont réalisé qu’un vote pour le gouvernement c’est un encouragement « pou maja, dilapidé, protez zot dimoune au détriment lintéré banne citadins, mais mo koné zot pa pou permette sa arrivé ».
Critiquant le niveau de la campagne du gouvernement, il a déploré les arguments, tels ceux selon lesquels les femmes candidates du pouvoir sont « zoli », comme si celles de l’alliance MSM/MMM ne le sont pas. SAJ a ainsi fait ressortir que c’est comme s’il ne s’agissait pas d’une élection municipale qui était en jeu, mais un concours de beauté. « Zot telman honté ek sa kalité argiman-là ki zot ine aret koz sa », a-t-il observé sur le ton de l’ironie, le même pour souligner que le gouvernement était toujours à la recherche de candidats le jour du Nomination Day.
Également balayé, l’argument qui veut que les municipalités doivent être du même bord que le gouvernement pour bien fonctionner. « Li complètement faux, azordi zot pa ansam depi 7 ans, ki zot ine fer ? », s’est interrogé le leader du Remake, qui n’a pas manqué de revenir sur le fait que ces élections municipales ont été renvoyées à deux reprises, une méthode qui rappelle, selon lui, les années 70.